Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 15:00
x1pvbu1psflfkjv7oxogbt0mjqu3ph.jpg
x1pvbu1psflfkjv7oxogbt0j53lc09.jpg
x1pvbu1psflfkjv7oxogbt0abnwmey.jpg
Repost 0
Published by Miss Yog - dans A DIFFERENT STORY
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 14:56

Nombreux sont celles (et ceux) à avoir eu dans leur chambre un poster du duo George Michael et Andrew Ridgeley, plus connu sous le nom de Wham. A la séparation du groupe, en 1986, George Michael entreprend une carrière solo qui le mènera tantôt vers la gloire absolue, tantôt vers une profonde solitude, amplifiée par les nombreux drames et faits divers qui ont émaillé son histoire.
georgemichaelmonhistoire200601.jpg
Le documentaire nous relate évidemment les faits de manière chronologique, et l’on peut ainsi agréablement suivre l’évolution du chanteur à travers les âges, avec des styles musicaux différents (dont l’innommable Wham Rap), mais aussi (et surtout), un goût vestimentaire douteux et des coiffures toujours plus mirobolantes, jusqu’à devenir le George Michael crooner d’aujourd’hui que tout le monde connaît, aux costumes impeccables et à la barbe parfaite. Plus que sur l’aspect physique, c’est bien évidemment sur les nombreux événements qui ont marqué la vie du chanteur que le documentaire se base, en nous offrant de nombreuses images d’archives des différents clips, concerts, remises de trophées, enregistrements studios et autres faits marquants comme son long procès face à Sony, ou encore les nombreuses interviews données par le chanteur à la suite de son arrestation pour conduite obscène dans des toilettes de Beverly Hills. Bien sûr, George Michael nous relate les faits via une interview plutôt réussie et intéressante, dans laquelle il n’hésitera pas à grimper dans sa voiture pour nous montrer les endroits clés de son enfance.

C’est donc avec un certain plaisir (et une certaine nostalgie pour certains) que l’on se remémore les plus beaux et les pires moments vécus par le chanteur. Outre son long procès avec Sony (que le chanteur perdra le 21 juillet 1994), on se souvient de sa prestation éblouissante lors de l’hommage rendu à Freddie Mercury avec le groupe Queen, mais également de certains tubes impérissables comme Careless Whisper, Wake Me Up, Fastlove ou Freedom, ou encore de superbes duos avec Elton John, Whitney Houston ou plus récemment Mary J. Blige, sans parler de Shoot the Dog, dont le clip fustigeait allègrement le clan Bush/Blair, ce qui valut au chanteur quelques articles incendiaires dans les journaux. Le chanteur revient également avec beaucoup d’émotion sur son homosexualité et notamment la mort de son compagnon Anselmo Feleppa, emporté par le SIDA en 1993, mais également le décès tragique de sa mère peu après la rencontre de George avec Kenny Goss. Bien que parfois, l’ego (démesuré diront certains) de l’artiste reprend quelque peu le dessus, on ne peut qu’être ému face à certaines déclarations, mais surtout admiratif face à la carrière tout simplement exceptionnelle de cet anglais d’origine chypriote (Giorgios Kyriacos Panayiotou de son vrai nom).

Plusieurs personnalités sont évidemment de la fête pour témoigner de leur admiration envers le chanteur, parmi lesquelles Elton John, Geri Halliwell, Andrew Ridgeley, Noel Gallagher ou encore Mariah Carey et Boy George, dont le maquillage est toujours aussi discret et distingué. Si tant est que l’on soit un minimum fan, on redécouvre avec intérêt l’histoire du chanteur à travers ce documentaire plutôt réussi, dans lequel le chanteur revient sur sa carrière avec humour et émotion. Toutefois, de par son rendu très télévisuel (et un public visé relativement restreint finalement) et un petit côté auto promotion, on pourra tout de même s’interroger sur l’intérêt de la diffusion de ce documentaire au cinéma plutôt qu’une parution en DVD, voire même une diffusion à la télévision.



VERDICT
Docu-pub pour certains, véritable introspection pour d’autres, peu importe, les fans apprécieront sans aucun doute de (re)découvrir toute l’histoire de la popstar britannique.
 Cinéma France

Repost 0
Published by Miss Yog - dans A DIFFERENT STORY
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 14:51
Magazine gratuit Parisien


George Michael fait son "point de référence"
L'un des plus grands artistes pop raconte son histoire, dans un documentaire drôle et original.(09/01/2006)



"Si j'avais écouté mon père, je serais devenu serveur !" Et sans doute il s'appellerait toujours Georgios Kyriacos Panayiotou au lieu de George Michael. Robbie Williams fait pâle figure à ses côtés. Après avoir quitté Wham!, il a entamé une carrière solo qui l'a consacré. Entre-temps, sa vie privée a aussi alimenté des tabloïds... et le commissariat à Los Angeles ! Comme si la police n'avait rien de mieux à faire que d'arrêter un chanteur qui draguait un policier en civil... Dans le documentaire Mon histoire , George, qui protège sa vie privée jusqu'à refuser de promouvoir ses albums, met enfin les points sur les i . On saura tout de sa vie extraordinaire, à travers les témoignages de ses amis, surtout d'Andrew Ridgeley, son complice de Wham!, pour la première fois réunis à l'écran depuis des lustres -, mais aussi de Mariah Carey et de Boy George, qui le critique pour son "manque d'humour." Pourtant, George Michael m'a fait rigoler du début jusqu'à la fin lors de notre rencontre...



  Comment est née l'idée de ce documentaire ?

  -  Au départ, Southan tournait un documentaire pour la BBC qui ne devait pas être une rétrospective. Je n'étais pas impliqué, mais deux événements m'ont fait changer d'avis. Mon père a été interviewé sans que je sois averti. J'étais très en colère, car je suis assez protecteur envers ma famille. Quelqu'un avait cru que j'avais donné mon accord. Au même moment, Andrew m'a appelé. On se voit très souvent, mais il ne veut pas entendre parler de musique ni s'asseoir devant une caméra. Il a pensé faire une exception pour moi.



  Pourquoi ce docu t'a plu ?

- C'était le bon moment pour tout réunir et dire : "Voilà ce qui s'est passé durant les vingt premières années de ma vie." Et puis, comme je n'ai pas fait de promos depuis longtemps et que j'ai toujours des fans fidèles, ils méritaient de plus amples explications sur ce silence.

  Etait-ce thérapeutique ?

- Très. Lorsqu'on tournait les séquences d'interviews, j'avais les nerfs à vif à force de parler d'Anselmo et de ma mère (Tous deux morts à quelques mois d'intervalles - ndlr). Je revivais tout. C'était difficile, mais lorsque j'ai regardé le montage fini, c'était cathartique dans le sens où je saisissais à quel point j'avais eu de la chance dans ma vie. Et si j'ai un accident demain, il y aura ce docu comme point de référence, et non pas des morceaux d'articles parus dans la presse car il y a très peu d'interviews de moi.



  A 20 ans, tu composais et produisais déjà...

- Mais c'était difficle de prendre au sérieux deux mecs qui dansaient en shorts fluo ! (Rires.)



"Careless Whisper" est toujours d'actualité. Mon frère te remercie de lui avoir facilité la drague !

- J'avoue qu'un bon nombre d'hommes m'ont remercié : "Tu as beau être gay, tu m'as aidé à avoir des faveurs auprès des femmes !" Beaucoup d'enfants ont du être conçus avec cette chanson !



Propos recueillis par
Talia Soghomonian
Repost 0
Published by Miss Yog - dans A DIFFERENT STORY
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 14:48
Critique
"George Michael, mon histoire"
LE MONDE | 10.01.06 | 13h53 • Mis à jour le 10.01.06 | 13h53




Documentaire formaté aux normes télévisuelles, George Michael, mon histoire comporte quelques (trop) courts moments d'anthologie qui raviront les fans du chanteur (lire Le Monde du 6 janvier). Parmi ceux-ci, la première performance publique de Wham ! chantant Young Guns dans un petit club anglais est particulièrement jouissive. Rapidement toutefois, les images d'archives deviennent plus lisses, plus connues, et il faut se contenter de George Michael réécrivant son histoire personnelle depuis son salon, et des témoignages de proches et de stars qui viennent la corroborer. Quelle est-elle ? Celle d'un artiste maudit qui a payé le prix fort sa "différence sexuelle" et son indépendance d'esprit. Si George Michael est passé du statut de plus grande star du monde en 1987, avec l'album Faith, à celui de chanteur ringard, ce serait pour avoir voulu s'opposer à la logique spectaculaire de l'industrie du disque, qui lui aurait torpillé sa carrière en retour. Il n'est jamais question de création ici, seulement d'une victime, richissime, empêchée par un système inique de jouir d'encore plus de richesses. Et l'on n'aurait pas de mal à croire que ce documentaire-confession soit la première étape d'un retour en scène hautement médiatisé.
Repost 0
Published by Miss Yog - dans A DIFFERENT STORY
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 14:46

(GB-1h36) -
Documentaire - La pop star britannique George Michael se confie sur son homosexualité et critique la guerre en Irak dans ce documentaire sur sa carrière fulgurante. D'ordinaire très discret sur sa vie privée, Georgios Kyriacos Panayiotou, de son vrai nom, a choisi de s'épancher. George Michael parle pour la première de sa mère décédée. Il revient aussi sur le scandale qui a failli mettre fin à sa carrière en 1999, lorsqu'il a été accusé d'exhibitionnisme dans des toilettes publiques à Los Angeles, arrêté par la police et condamné à du travail d'intérêt général. Et il ne mâche pas ses mots sur l'Irak, "une guerre totalement illégale". George Michael évoque aussi le stress, les dangers de la gloire et son procès perdu avec la maison de disques Sony aux Etats-Unis alors qu'il voulait rompre son contrat, ce qui lui a coûté quelque 40 millions de dollars (30,9 millions d'euros).



rtl
Repost 0
Published by Miss Yog - dans A DIFFERENT STORY
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 14:44

Peu enclin aux confidences dans la presse, George Michael se livre dans Mon histoire. Un documentaire de Southan Morris, réalisateur à la BBC, qui a suivi le chanteur anglais en 2004. Si la forme, mêlant interviews, témoignages et clips, n’est pas très originale, le fond surprend. Tout comme l’honnêteté et l’humour de la star, qui tombe le masque de beau gosse.

Qu’a-t-il fait de plus ridicule à ses débuts au sein du duo pop Wham! ? « Former un groupe », répond-il. La suite pourrait sortir d’un soap. George découvre son homosexualité, perd son ami fauché par le sida, puis sa mère d’un cancer, intente un procès à sa maison de disques. Et remonte sans cesse la pente, passant, en vingt-trois ans de carrière, de pop star pour minettes à crooner, puis icône gay et militant contre la guerre en Irak. Il transcende même son arrestation pour racolage dans des WC publics en la mettant en scène dans un clip. Le point fort de Mon histoire ? En dévoiler un maximum sans tomber dans le déballage impudique auquel nous a habitués la téléréalité.
Isabelle Chelley

A savoir:
astuce George Michael révèle dans le film son secret pour tenir les paparazzi à distance : « J’envoie un chèque à Robbie Williams une fois par mois en lui disant : “Continue à divertir la presse pour qu’elle me lâche”. »


20 minutes.fr
Repost 0
Published by Miss Yog - dans A DIFFERENT STORY
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 14:41

George Michael est au centre d'un documentaire racontant sa vie, son homosexualité... Son "Histoire", quoi !

Gloire, sexe et carrière, la pop star - qui va épouser Kenny Gloss, son homme, en 2006 - raconte tout, tout, tout dans un docu de 1h40 visible dès le 11 janvier et déjà présenté en avant-première à Berlin en février 2005.

Il aborde aussi sans complaisance la guerre d'Irak qu'il juge "totalement illégale".
Ce film "était une bonne occasion d'expliquer pourquoi ma carrière a été faite de hauts et de bas", y explique la star.

D'ordinaire très discret sur sa vie privée, Georgios Kyriacos Panayiotou, de son vrai nom, a choisi de s'épancher. "Trouver un compagnon en 2004 quand on est homosexuel, ce n'est pas très difficile, surtout pour moi", lâche-t-il avec humour dans le document.

Un thème longtemps tabou pour ce bel homme de 42 ans, provocateur à ses heures - souvenez-vous de la chanson I want your sex" -, qui caracolait en tête des hit-parades à la fin des années 80.

George Michael parle pour la première de sa mère décédée. Il revient aussi sur le scandale qui a failli mettre fin à sa carrière en 1999, lorsqu'il a été accusé l'exhibitionnisme dans des toilettes publiques à Los Angeles, arrêté par la police et condamné à du travail d'intérêt général.

Son ascension commence en 1981 lorsqu'il forme le groupe Wham avec Andrew Ridgeley, rencontré au collège. A l'été 1984, il sort un premier single solo écrit à l'âge de 17 ans, Careless Whisper, l'une des chansons les plus jouées sur les ondes dans les années 80.

Peu de temps après, George et Andrew se séparent. En 1987, il est le premier chanteur blanc à enregistrer un duo avec la grande diva de la soul Aretha Franklin, I knew you were waiting.

C'est aussi l'année de la sortie de Faith, qui lui vaut six titres de numéro un aux Etats-Unis et quelque 15 millions d'exemplaires vendus dans le monde.

George Michael s'impose comme l'un des meilleurs auteurs-compositeurs de son époque, mais surprend lorsqu'il refuse d'apparaître dans certaines de ses vidéos. "Je suis un homme de radio", explique le chanteur à la "voix superbe", selon les mots d'Elton John dans le documentaire, avec lequel George Michael a concocté en 1991 le duo Don't let the sun go down on me.

D'autres stars s'expriment dans le documentaire, notamment Sting et Madonna, qui fait une apparition remarquée.

George Michael évoque aussi le stress, les dangers de la gloire et son procès perdu avec la maison de disque Sony aux Etats-Unis alors qu'il voulait rompre son contrat, ce qui lui a coûté quelque 30,9 millions d'euros.

De nos jours, juge-t-il, une telle carrière ne serait plus possible "parce que l'industrie du disque ne le permettrait plus. Mon propre genre est mort", affirme ce roi de la pop, qui a vendu plus de 80 millions de disques à travers le monde. Et participé à des concerts historiques tels le Live Aid en 1985 et le Nelson Mandela Freedom Concert.

Même si le succès de ce multi-millionnaire s'est tassé au milieu des années 90, il reste une star absolue. "Je vais essayer de faire évoluer ma carrière d'une manière différente", a confié George Michael , mais "je ne sais pas encore comment". Et on lui fait confiance.


Info France 2
Repost 0
Published by Miss Yog - dans A DIFFERENT STORY
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 14:38


Quel meilleur moyen de promotion et aussi d’épanchement de soi qu’un documentaire sur sa propre personne, histoire de calmer un peu les esprits, de faire taire les mauvaises langues et autres préjugés, et de dire toute la vérité, rien que la vérité sur bien des ragots et bruits de couloirs qui circulent depuis longtemps ! C’est ce qu’à fait le chanteur anglais George Michael en se mettant à table une bonne fois pour toute, et en racontant, de façon chronologique et devant une caméra, ses hauts et ses bas, ses périodes fastes et glorieuses, et celles plus difficiles et dramatiques mais aussi plus floues et plus nébuleuses pour le commun des mortels. Avec beaucoup de franchise et de sincérité telle une confession, sans essayer de tourner autour du pot, il aborde bien des sujets passionnants, acceptant de répondre à pas mal de questions pour le moins directes, entre autre ses anecdotes au début avec l’ascension fulgurante du groupe Wham qu’il a partagé avec son complice de l’époque, Andrew Ridgeley (ils se retrouvent ici pour la première fois depuis 20 ans), ses aléas avec son égo surdimensionné au moment de ses premiers succès en solo (avec l’album de la consécration, Faith, vendu à 15 millions d’exemplaires), mais également la révélation de son homosexualité et la présentation de ses petits amis (avec notamment la mort de l’un d’eux), son procès avec sa maison de disques de l’époque (le groupe Sony), son arrestation à Los Angeles (accusé d’atteinte à la pudeur en fâcheuse et scandaleuse position dans une pissotière, incident qu’il a détourné plus tard dans un clip), sa période d’inactivité créatrice (il n’a pas écrit grand-chose depuis plusieurs années à part 2 singles – voir plus bas – et un album en 2004, Patience), ainsi que sa chute de popularité dans les sondages et sa quasi disparition dans les classements discographiques du monde entier. Bref, les chroniques d’une star montante devenue diva adulée qui s’est retrouvée pris à son propre piège, celui d’être allé parfois trop loin dans ses réflexions, ses décisions et surtout ses engagements. A vouloir tout faire lui-même en tant qu’auteur, compositeur, interprète et producteur, décider tout seul sans prendre ou écouter l’avis de ses proches collaborateurs, faire de la provocation en s’engageant et en critiquant ouvertement certains hommes politiques influents à travers des chansons et des clips très explicites (les morceaux Freeek ! en 2002 et Shoot the dog en 2003), il s’est quelque peu brûlé les ailes, jusqu’à retomber dans un certain oubli, voire anonymat, avant de rebondir vers d’autres chevaux de bataille. S’il possède toujours une formidable aura auprès d’un large public, il le doit essentiellement à son charisme évident, son style glamour, sa voix extraordinaire, chaude et sensuelle, ses formidables prestations sur scène, sans oublier ses chansons qui ont pris d’assaut les premières places des charts internationaux et marquées les fans pendant 2 décennies (Wake up, Last Christmas, Club Tropicana, Freedom, Careless whisper, Freedom 90, Older,…). On le découvre d’ailleurs sous certains angles méconnus, notamment parano sur bien des points comme sur le fait de mettre sa musique en avant plus que lui-même, prétextant qu’il ne se trouve pas assez beau pour être filmé, qu’il déteste les interviews et les tournées promotionnelles, et qu’il ne veut plus faire d’apparitions en concert pour soi-disant protéger sa voix. Au final, un beau documentaire musical plutôt bien fourni, pleins d’interviews (son guitariste, son manager, son père, ainsi qu’Elton John, Mariah Carey, Sting), de sons (notamment sa première maquette sous le nom de groupe The Executive) et d’images d’archives (son enfance, ses premières émissions de télé, ses films avec son petit ami, ses concerts gigantesques comme celui de Wembley en 1992 en hommage à Freddie Mercury du groupe Queen). Bref, un moyen comme un autre de (re)découvrir une idole et de (ré)entendre quelques-uns de ses plus grands tubes !

sortiz.com
Repost 0
Published by Miss Yog - dans A DIFFERENT STORY
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 14:35
N° 107 De Janvier 2006


articletetu017nr.jpg
Repost 0
Published by Miss Yog - dans A DIFFERENT STORY
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 14:33
Comme au cinema

Tout en retraçant son ascension fulgurante vers la gloire, George Michael évoque non seulement les grands moments de sa célébrité, mais aussi la façon dont son ego a été affecté et le défi de l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle.
Plus qu'un documentaire musical, George Michael : Mon Histoire est la passionnante confession filmée d'un homme qui vit sous l'œil du public tout en existant dans un univers intime.
Repost 0
Published by Miss Yog - dans A DIFFERENT STORY
commenter cet article

Présentation

  • : GEORGE MICHAEL ' SONGS
  •                                                          GEORGE MICHAEL ' SONGS
  • : CHANSONS DE GEORGE MICHAEL- ALBUMS-TRADUCTIONS - CONCERTS - INTERVIEWS
  • Contact

  
  gmichael.jpg

george06.JPG

George Michael

 

 

   George+Michael+George+Michael+Announces+Return+iEdlCmUM5Vql

georgemichael_ahoy-2s.jpg

Georgios Kyriákos Panayótou