Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 12:41

Avec Chris Evans- 9/06/07


George Michael: I’m so excited about this I can’t tell yo

Chris Evans: Stunning isn’t it?


George Michael: Yeah, I can’t believe it. It was such a dream. About a year ago it really was a dream. And I was so jealous of

the people who were supposed to open it. This is just fantastic.

Chris Evans: Compared to other places that you have played, you know you have played many venues. Can you get a feel when

there is no one in it?


George Michael: Yeah. Yeah you can absolutely. This is going to be fantastic. Fantastic venue. Obviously as a sports venue

its custom built. But it’s definitely the right shape for a party. DoyouknowwhatImean?

Chris Evans: Going to be a party?


George Michael: Definitely. Absolutely.


Chris Evans: Ok you are going to be playing at this end.



George Michael: I’m quite interested to know exactly where the stage …where my spot on stage is ..I bet I’m right over the go



Chris Evans: Well, I hope so. So you are going to be sorta like here but a bit further up.



George Michael: yeah.



Chris Evans: So what happens? You walk out on stage. This is what you see. Stadium is full. What is the first thing you think?


George Michael: You’re a lucky bastard. DoYouKnowWhatIMean?



Chris Evans: Are you conscious about anything are you so nervous, excited, are you in the moment?


George Michael: Well to be honest with you in London I’m totally in the moment. My London fan base is so amazing. They lift

everything (to that level.) Because it’s my hometown I suppose.


Chris Evans: You gotta set the tempo of your performance it’s got to have a rhythm to it . It has to have its peaks and troughs.


George Michael: That was one of the good things about starting the tour a month before Wembley. Cause there is plenty of

time to make sure I get the rhythm of the stage. It was quite shocking when I first went out on this stadium tour. I’d forgotten how
much ground you have to cover.

Chris Evans: And sing…


George Michael: And sing..


Chris Evans: And not run out of breath.


George Michael: I’m not a young boy . So that was a bit of shock . First night I realized how hard the w work was going to be.

But, actually within 3 or 4 shows you get a rhythm going. And hopefully it will be one of the best shows of my career.


Chris Evans: Wow.


Chris Evans: George you are the first musical artist to play at the new Wembley. Did they call you or did you call them?


George Michael: Oh I called them, definitely. It just occurred to me last year when I heard everything was going to be late. And

those gigs last year, I think it was Bon Jove, The Stones, and Robbie I think was supposed to play here last summer. And when I
worked out that they were not going to be able to (grins) I thought well, there is a possibility you can sneak in there next year. So I
approached the board. And said I love to be the first. And please keep me in mind. They came down to the shows at Earls Court.
And obviously decided I was worthy.

Chris Evans: So anyway you had to pitch for it?


George Michael: Oh yeah.


Chris Evans: And you were happy to do that?


George Michael: Perfectly happy to do that. I’m not really big on auditioning. But no I was perfectly happy to do that. I knew, I

was very proud of the show. So I was very happy for them to come down and judge me.


Chris Evans: So how does it work? You hire this place for a gig? That’s how it works?



George Michael: Yeah that’s how it works. You rent the building.


Chris Evans: Some function room.


George Michael: Yeah, it’s quite a big function room. Not the cheapest function room in the world either. And neither should it

be. Look at it, it’s amazing.

Chris Evans: As we sit here 2 weeks before the show is going to happen, how prevalent is it in your mind now? How often do

you think about it?

George Michael: All the time. All the time. Because I think about the show a lot anyway. Cause in the first few weeks of a tour

you never really know how things are going to go until you have done it a few times in front of an audience. The idea was to
definitely change the show all the way through . Keep working on the standard of it all the way through the tour. But obviously,
Wembley, I’m so thrilled. This is the perfect situation for me.

Chris Evans: Appearances at Wembley. You have played Wembley more times than most English footballers. And you have

often had better experiences. So have your fans. You do tend to score pretty well. Live Aid, 1985. What do you remember of
Don’t Let The Sun Go Down On Me?

George Michael: Other than the fact that I looked like Rolph Harris. Because for some reason I decided to go a little bit heavier

on the beard. I decided you couldn’t see it good enough on the TV. So I looked like Rolph Harris in a leather jacket. It was
dreadful.

I remember much more about the day than the event of performing there. Although I suppose it was my first big solo performance

on television I guess.

Chris Evans: So what is the George Michael pre-concert tour anxiety dream?


George Michael: Its always the same. It’s always that I’m suddenly onstage and no one has rehearsed anything. It’s always the

same. I never turn up with no trousers off or anything. But Andrew used to say that he had a recurring dream that Bruce
Springsteen was in the audience. And that Bruce Springsteen wanted to come up on stage with Wham. But when he got up there,
by the time Bruce got up there, everyone had left. That was Andrew’s nightmare. Mine was simply that I wasn’t ready. I didn’t
know what songs I was supposed to be singing. So that is my recurring nightmare.

Chris Evans: And 2 weeks to go how is that going? Is there more training to go?


George Michael: I think maybe there are a few decisions to be made in terms of the order and the 3 songs that will go out live.

Because I have to decide on those. But really, the set list I would imagine be set within the next week and by 2 weeks time the
whole thing, we will be ready to go. We will know exactly how it will go.

Chris Evans: Who is the most important person in the building to a show? Is it your trainer or your tailor?


George Michael: Oh God. My trainer. Unfortunately I don’t have a tailor. But my trainer has been working me out for the last 2

years. And at the moment it is every day.

Chris Evans: Ohhhmph


George Michael: Not really a strong workout. Keeping me limber. And making sure that as an old man I make it to the next

night.

Chris Evans: You are not old yet George.


Chris Evans: Do you need your fans?


George Michael: Of course. Of course. You need people. As a musician you need people to tell you, you need people to

respond to what you are doing. And know that they like it. You need an audience, absolutely.

Chris Evans: Do you need to perform?


George Michael: I think I probably needed to perform a lot more than I wanted to admit. And I haven’t performed for many many

years. I’ve not done through fear. And it’s a shame because fear, all it does is waste time really. I’m delighted that I decided to do
it again. It’s gone so well. And it makes me realize that I should have done it a long time ago. But you can only do what you are
capable of doing at the time.


Chris Evans: Are you better now than you ever have been?


George Michael: I don’t know. I think so. I think it’s a way better show that I have ever put on before.


Chris Evans: Next it was Nelson Mandela’s Birthday. And you were booked as part of the entertainment . For Mr. Mandela you

chose to sing Sexual Healing, A strange, interesting choice for such a huge stadium? Is it a brave choice would you say?

George Michael: I don’t know why I did that actually. I have no idea. I don’t know why I chose most of the covers that I did in the

80’s. They are all good songs. But I really don’t know why I chose them.

Chris Evans: But once again you did all right. Is it a good performance? So far you are not happy with Live Aid. You were not quite

happy with Wham, the Final, were you happy with that one?

George Michael: Yes, I was happy with that one.


Chris Evans: And did you meet Mr. Mandela on the day?


George Michael: He was still in prison.


Chris Evans: Oh was he?


George Michael: Yes.


Chris Evans: So he wasn’t there.


George Michael: It was the kind of point in singing


Chris Evans: Jessie Jackson was there. I apologize.


George Michael: Keep up Chris.


Chris Evans: Now George for me, your best performance at Wembley, but that is probably that is the only one I saw live.


George Michael: You were there.


Chris Evans: In 1992, the Freddie Mercury Tribute concert. Now he was a pretty good live performer


George Michael: Yeah, he was one of the ultimate performers in terms of charisma. There are very few people in terms of

charisma who can stand up to Freddie Mercury. There are some people you can honestly look at and believe that is what they
were meant to do. He was such an unusual and original talent .

Chris Evans: Now that night, the Freddie Mercury Tribute concert, there were a lot of nervous performers backstage because that

had not to sort of emulate him, but try to recreate what he did for a living. And sing some of his songs. What was it like back stage
for the artists?

George Michael: I think everyone was a bit overwhelmed by what they had to do. Because as a vocalist he had such a range

and he wrote things that would take him right from the bottom of his range to the very top. Which was well beyond most people. So
I think it was quite scary for everyone. I rehearsed for a week. I was there at school for a week before with Brian, John, and Roger.
I was literally there every day for a week because I was not going to get this wrong.

Chris Evans: In typical George Michael style you gave yourself an exceptionally hard time by picking a really difficult song:

Somebody To Love.

George Michael: It’s a tough song, yeah.


Chris Evans: I mean you are George Michael and are quite good at singing.


George Michael: I don’t know if I chose it. I have a feeling they asked me to sing that one.


Chris Evans: Did you think, “oh that’s a ..”


George Michael: Yeah, I thought how on earth am I going to do that. And obviously I had to dodge some of the notes.


Chris Evans: Did you?


George Michael: Yeah, I dodged some of the notes. Yeah, there are a couple of falsetto notes in there that I didn’t go for. I

would never go for the falsetto notes that I went for, I mean that was 15 years ago. My god on live TV, trying to hit that high note. I
would never have the guts to do that. But Live, LIVE to how many millions of people that was, that was the bravest note I ever hit.
And I was so honored. And there was a shot in that piece of film where the crowd done something and you see the look on Brian’s
face. And Brian is so obviously delighted at that moment. That made me feel proud.

Chris Evans: Let’s talk about Wembley stadium, 1986. Wham-The Final. A huge statement. Pretty irreversible. What did you

think at the time of that statement?

George Michael: I think I was proud that we did what we would say that we would do. When we talked about it as 18 year olds,

with our big master plan as we call it that no one knew about.

Chris Evans: Was there really one?


George Michael: There really was one. It was completely naïve. But it was a plan.


Chris Evans: What was the plan again?



George Michael: The plan was to become the biggest act in the world and then piss off really.


Chris Evans: And then pop…literally.


George Michael: Yeah, that was the idea. Cause I think we both saw it as an apprenticeship of sorts for me. You know? And we

knew there would be a point where the 2 of us together wouldn’t..you know we wouldn’t be fresh from school. We wouldn’t have that
same impact on each other. And there would be a point where the essence of what the group was about be pointless. A parody.
And I think we stopped at a point where that self parody didn’t have a chance to develop. I was very proud that we did that. Very
proud at the number of people who wanted to see it. We could of played for 12 nights. But there had to be just 1 night. Be one
goodbye.

Chris Evans: The day itself, they still talk about it. They were at Wembley , at the Final. Can you describe it for us briefly the

beginning, the middle, and the end?

George Michael: Well I seem to remember the beginning of it that Elton had a paddling pool at the back of Wembley. Which

was a lot less glamorous than this new building is. In the mid 80’s it was pretty cheap and cheerful around the back of the stage.
And Elton set up his own little area of the paddling pool which was quite funny. And he bought me a 3 wheeler and put my name in
the window, I can’t remember. I remember the show very sketchy . It was so huge. And it had to be right. I remember very little
about it other than getting through the last 3 numbers when I torn a ligament in my ankle because I was wearing these ridiculous
cowboy boots and I did a little jump . Landed badly and did that ( hand turns sideways) with my foot. So actually the footage of
the last 2 or 3 songs from the Final I’m actually stomping around on this torn ligament and its gone completely numb. Which is how I
got through it. And then when I got home it went…pfffssstttt

Chris Evans: So what time did you get home that night?


George Michael: After the big party, I think I got home around 3 o’clock


Chris Evans: So not that late.


George Michael: Well that doesn’t mean when I went to bed. Went home with many other people . It was a wonderful day

because the audience was amazing they were up for it and dressed in their summer thing, a youthful day. But the actual show
looks what we would call Rinky Dink now. It really looks like a tiny show in a huge stadium

Chris Evans: You learned. You evolved.


George Michael: well that is what goes into live shows now. People expect a huge show. In those days they thought they were

lucky if they saw the curtain fall in the beginning

Chris Evans: That was enough.


George Michael: That was enough. That was special effects enough.




 



George Michael: Je ne peux pas vous dire à quel point je suis excité.

Chris Evans: Sensationnel, non ?


George Michael: Oui, j’ai du mal à y croire. C’était un rêve. Il y a un an c’était vraiment un rêve. Et j’étais tellement jaloux de ceux qui étaient supposés l’inaugurer . C’est simplement fantastique.


Chris Evans: Comparé à d’autres endroits où vous vous êtes produit, vous savez que vous avez déjà fait plusieurs concerts. Pouvez vous ressentir quelque chose quand il n’y a personne ?


George Michael: Oui. Absolument . Ca va être fantastique. Un lieu de concert fantastique. C’est evidemment construit pour des événements sportifs. Mais c’est sans aucun doute l’endroit idéal pour une fête, vous voyez ce que je veux dire ?


Chris Evans: Ca va être une fête ?


George Michael: Sans aucun doute. Absolument.


Chris Evans: Ok vous allez vous produire de ce côté ?


George Michael: Je suis assez intéréssé de savoir exactement où la scéne…. L’endroit sur scéne sera .. je parie que je serai juste au dessus des buts


Chris Evans: J’espére. Alors vous allez être par là mais un peu plus haut.


George Michael: oui.


Chris Evans: Alors que se passe-t-il ? Vous arrivez sur scéne. C’est ce que vous voyez. Le stade est plein. Quelle est la 1ere chose à laquelle vous pensez ?


George Michael: Tu es chanceux mon salaud ! vous voyez ce que je veux dire ?


Chris Evans: Est-ce que vous réalisez tout ça ? êtes vous nerveux, excité, comment êtes vous en ce moment ?


George Michael: pour être honnête avec vous à Londres, je suis totalement dedans. Mes fans londoniens sont si fantastiques. Ils ont tout poussé (vers le haut) . Parce que c’est ma ville natale, je suppose.


Chris Evans: Vous devez régler le tempo de votre performance, il doit y avoir du rythme . Il doit y avoir des hauts et des bas.


George Michael: Ca a été une des bonnes choses de commencer la tournée un mois avant de faire Wembley. J’ai eu le temps d’être sûr d’avoir le bon rythme sur cette scéne. C’était assez choquant la première fois que je me suis retrouvé sur scéne pour la tournée des stades. J’avais oublié toute la surface que je devais couvrir.


Chris Evans: Et chanter …


George Michael: Et chanter..


Chris Evans: Et ne pas s’essoufler.


George Michael: Je ne suis pas un jeune homme . Ca a été un peu comme un choc. Le premier soir, j’ai réalisé combien ça allait être difficile. Mais, en fait, après 3 ou 4 spectacles, on trouve le rythme.

Et j’espère que ce sera un des meilleurs concerts de ma carrière.

Chris Evans: Wow.


Chris Evans: George vous êtes le 1er artiste musical à vous produire dans le nouveau stade de Wembley. Vous ont-ils appelé ou les avez-vous appelé ?


George Michael: Oh je les ai appelé. Ca m’est venu à l’esprit l’année dernière quand j’ai appris qu’il y avait du retard. Et ces concerts l’année dernière, je crois qu’il y avait Bon Jovi, les Stones et Robbie devaient y jouer l’été dernier. Et quand j’ai compris que ça ne se ferait pas (sourire) je me suis dit qu’il y aurait une possibilité pour que je puisse me glisser là l’année d’après. Alors j’ai contacté les dirigeants. Et leur ai dit que j’aimerai être le premier. Et qu’ils ne m’oublient pas. Ils sont venus me voir à Earls court. Et apparemment ils ont pensé que ça valait le coup .


Chris Evans: Alors vous avez du baratiner pour ça ?


George Michael: Oh oui.


Chris Evans: Et vous étiez content de faire ça ?


George Michael: Parfaitement heureux de le faire. Je ne suis pas bon pour les auditions. Mais j’étais vraiment heureux de faire ça. Je savais, j’étais très fier du spectacle. Alors j’étais content qu’ils viennent me voir et qu’ils me jugent.


Chris Evans: Alors comment ça se passe ? Vous louez l’endroit pour un concert ? c’est comme ça que ça se passe ?


George Michael: Oui ça marche comme ça. Vous louez la construction .


Chris Evans: Une sorte de salle de réception.


George Michael: Oui, c’est vraiment une immense salle de réception. Mais pas la meilleure marché ! Regardez ça, c’est fabuleux.


Chris Evans: Au moment ou nous sommes assis ici 2 semaines avant que le show ait lieu, qu’est ce qui vous vient à l’esprit ? Y pensez vous souvent ?


George Michael: Tout le temps. Constamment. Parce que je pense au spectacle de toute façon. Parce que dans les premières semaines d’une tournée, on ne sait pas comment les choses vont se passer tant que l’on ne l’a pas fait quelques fois devant le public. L’idée est de modifier complétement le spectacle. On continue à travailler là-dessus pendant la tournée. Mais evidemment, Wembley, je suis si excité. C’est la situation idéale pour moi.



Chris Evans: Des apparitions à Wembley. Vous vous êtes produit à Wembley beaucoup plus souvent que la plupart des footballeurs anglais. Et vous avez eu souvent de meilleures expériences. Tout comme vos fans. Vous avez tendance à marquer souvent très bien. Live Aid, 1985. Que vous rappelez vous de Don’t Let The Sun Go Down On Me?


George Michael: A part le fait que je ressemblais à Rolph Harris. Car pour je ne sais quelle raison j’avais décidé d’être un peu plus lourd côté barbe. J’avais décidé qu’on ne la verrait pas assez à la télé . Alors je ressemblais à Rolph Harris avec un blouson en cuir. C’était horrible.

Je me rappelle plus de cette journée que du fait de me produire là. Même si je crois que c’était ma première performance solo à la télévision.

Chris Evans: Alors quel est la plus grande angoisse qui fait faire des cauchemars à George Michael avant ce concert de la tournée ?


George Michael: C’est toujours la même. C’est que je sois sur scéne et personne n’a répété. Toujours pareil. Ce n’est pas d’arriver sans pantalons ou quelque chose comme ça. Mais Andrew disait qu’il avait le rêve récurrent que Bruce Springsteen soit dans le public. Et qu’il voulait venir sur scéne avec Wham ! mais quand il montait sur scéne, tout le monde était parti. C’était le cauchemar d’Andrew. Le mien était juste que je n’étais pas prêt. Je ne savais pas quelle chanson je devais chanter. Ca c’est mon cauchemar récurrent.


Chris Evans: Et 2 semaines avant , comment cela se passe-t-il ? Y-a-t-il encore beaucoup d’entrainements ?


George Michael: Je crois qu’il y a encore quelques décisions à prendre pour l’ordre des chansons et le choix de 3 chansons qui seront en live. Parce que je dois me décider sur ça. Mais la setlist sera prête dans la semaine et dans 2 semaines nous serons prêts pour y aller. Nous saurons exactement comment tout se passera.


Chris Evans: Qui est la personne la plus importante pour le spectacle ? Votre coach ou votre tailleur ?


George Michael: Oh mon dieu. Mon coach. Malheureusement je n’ai pas de tailleur. Mais mon coach m’entraine depuis ces deux dernières années. Et en ce moment c’est tous les jours.


Chris Evans: Ohhhmph


George Michael: Pas vraiment un dur entrainement physique. Juste pour m’assouplir. Et être sur que pour un vieil homme je tienne la soirée suivante.


Chris Evans: Vous n’êtes pas déjà vieux George.


Chris Evans: Avez vous besoin de vos fans ?


George Michael: Bien sur. Bien sur. J’ai besoin des gens. En tant que musicien, on a besoin des gens pour nous dire, pour qu’il y ait une réaction à ce que l’on fait. Et savoir qu’ils apprécient. On a besoin d’un public, absolument.


Chris Evans: Avez-vous besoin de jouer ? (faire de la scéne )


George Michael: Je pense que j’en avais besoin beaucoup plus que ce que je voulais me l’avouer. Et je n’ai pas joué sur scéne depuis tant d’années. Je ne l’ai pas fait par peur. Et c’est une honte car la peur, ça fait perdre du temps. Je suis enchanté d’avoir décidé de le faire à nouveau . Ca se passe tellement bien . Et ça m’a fait comprendre que j’aurais du m’y remettre il y a longtemps. Mais on ne peut faire que ce dont on se sent capable.


Chris Evans: Etes vous meilleur maintenant qu’avant ?


George Michael: Je ne sais pas. Je pense. Je crois que c’est un des meilleurs shows que j’ai pu faire .


Chris Evans: Après il y a eu l’anniversaire de Nelson Mandela. Et vous étiez de la partie. Pour Monsieur mandela, vous aviez choisi de chanter Sexual Healing, un étrange et intéressant choix pour un si grand stade ? Diriez vous que c’était un choix courageux ?


George Michael: je ne sais pas pourquoi j’ai fait cela, je n’en ai aucune idée. Je ne sais pas comment j’ai choisi les reprises que j’ai faites dans les années 80. ce sont toutes de bonnes chansons. Mais je ne sais pas pourquoi je les ai choisies.


Chris Evans: Mais encore une fois vous avez vu juste. Etait ce une bonne performance ? Apparemment vous n’étiez pas satisfait avec le Live Aid. Pas trop non plus avec Wham, the Final, étiez vous content de celle-ci ?


George Michael: Oui j’étais content de celle-ci.


Chris Evans: Et avez-vous rencontré Mr. Mandela ce jour là ?


George Michael: Il était toujours en prison.


Chris Evans: Oh vraiment ?


George Michael: Oui.


Chris Evans: Alors il n’était pas là.


George Michael: C’était ce que nous voulions dire , en chantant.


Chris Evans: Jessie Jackson était là. Excusez moi.


George Michael: Continuez Chris.


Chris Evans: Maintenant George, pour moi, votre meilleure performance à Wembley, mais c’est peut-être parce que c’est la seule que j’ai vu en live.


George Michael: Vous étiez là.


Chris Evans: En 1992, le concert en hommage à Freddie Mercury. Il était vraiment très bon en concert.


George Michael: oui, il était un des ultimes artistes en terme de charisme. Il y a très peu de gens en termes de charisme qui arrivent à la hauteur de Freddie Mercury. Il y a quelques personnes que vous pouvez regarder honnêtement et penser qu’ils sont faits pour ça. Il était si inhabituel et avait un talent si original.


Chris Evans: Revenons à cette soirée, au concert hommage à Freddie Mercury, il y avait beaucoup d’artistes nerveux dans les coulisses parce qu’il ne s’agissait pas de l’imiter mais de recréer ce qu’il avait fait de son vivant . Et chanter certaines de ses chansons.

Comment était ce en coulisses pour les artistes ?

George Michael: Je crois que tout le monde était un peu bouleversé par ce qu’ils devaient faire. Parce que en tant que vocaliste , il avait une telle gamme et il écrivait des choses qui le faisait aller du plus haut au plus bas. Alors c’était effrayant pour tout le monde. J’ai répété pendant une semaine. J’étais là comme à l’école pendant une semaine avec Brian, John, et Roger.

J’étais là chaque jour pendant une semaine parce que je ne voulais pas me tromper.

Chris Evans: Typiquement dans le style George Michael vous ne vous êtes pas simplifié la vie en choisissant une chanson particulièrement difficile.

Somebody To Love.

George Michael: C’est une chanson difficile, oui.


Chris Evans: ce que je veux dire c’est que vous êtes george Michael et vous êtes très bon pour chanter.


George Michael: Je ne sais pas si je l’ai choisi. J’avais le sentiment qu’ils allaient me demander de chanter celle-ci.


Chris Evans: Avez-vous pensé « oh c’est une … »


George Michael: Oui, j’ai pensé mon dieu comment vais-je faire . Et evidemment j’ai du esquiver certaines notes.


Chris Evans: Ah bon ?


George Michael: Oui, j’ai évité quelques notes. Il y a quelques notes « falsetto » que je n’ai pas pu faire. Je ne pourrai plus aller chercher ces notes comme je les ai cherchées, je veux dire c’était il y a 15 ans. Mon dieu, en direct à la télé, essayer d’atteidre cette note très haute , je n’aurai plus le courage de le faire. Mais Live, devant ces millions de gens, c’était la note la plus courageuse que j’ai atteinte.

Et j’étais si honoré. Et il y a un plan dans ce morceau du film où la foule fait quelque chose et vous voyez cette expression sur le visage de brian. Et Brian était si heureux à ce moment là. Ca m’a rendu très fier.

Chris Evans: Parlons du concert à Wembley en 1986. Une énorme déclaration. Irréversible. Que pensiez vous à ce moment là ?


George Michael: Je pense que j’étais fier que nous ayons fait ce que nous aviosn dit que nous ferions. Quand nous en avions parlé à 18 ans, notre plan de grands maitres comme nous l’avions appelé, dont personne n’était au courant ?


Chris Evans: Y en avait-il vraiment un ?


George Michael: Il y en avait vraiment un. Il était complétement naïf. Mais c’était un projet.


Chris Evans: Quel était ce projet ?


George Michael: Le projet était de devenir le plus grand acte du monde et puis de tout bazarder vraiment.


Chris Evans: et d’éclater


George Michael: Oui, c’était l’idée. Je crois que nous voyions ça tous les deux comme une espèce d’apprentissage pour moi . Vous voyez ? et nous savions qu’il y aurait un moment où nous deux ensemble … nous ne sortions plus de l’école. Nous n’aurions plus le même impact l’un sur l’autre. Et il y aurait eu un moment où l’essence même du groupe serait devenue fade. Une parodie.

Et je crois que nous avons arrêté au moment ou cette auto parodie ne pouvait pas encore se développer. J’étais très fier que nous ayons fait cela. Très fier du nombre de gens qui voulait le voir. On aurait pu se produire 12 soirs. Mais il n’y a eu qu’un au revoir.

Chris Evans: Le jour lui-même, ils en parlent encore.

Ils étaient à Wembley , au concert the Final. Pouvez vous nous décrire rapidement le début, le milieu et la fin ?

George Michael: Bien je me rappelle du début quand Elton avait une pataugeoire à l’arrière de Wembley. Ce qui était beaucoup moins séduisant que cette nouvelle construction. Dans le milieu des années 80 c’était assez bas de gamme et bon enfant autour de l’arrière scéne.

Et Elton avait fait son propre espace dans la pataugeoire ce qui était très amusant. Et il m’avait acheté une voiture à 3 roues et avait mis mon nom sur la fenêtre, je m’en souviens.
Je me rappelle très peu du show. C’était si énorme. Et ça devait être parfait. Je me rappelle peu de choses si ce n’est que 3 chansons avant la fin , je me suis tordu la cheville parce que je portais ces ridicules bottes de cow boy et j’avais fait un petit saut. Je m’étais mal reçu et j’ai fait ça avec mon pied (sa main tourne de côté).
Alors dans l’enregistrement vidéo des 2 ou 3 dernières chansons, j’ai la cheville foulée et elle est complétement engourdie. C’est comme ça que ça s’est terminé. Et quand je suis rentré à la maison, elle a pFFFFFFFFFFFFF ..

Chris Evans: A quelle heure êtes vous rentré à la maison ce soir là ?


George Michael: Après la grande fête, vers 3 heures du matin.


Chris Evans: Pas si tard.


George Michael: Ca ne veut pas dire que c’est l’heure à laquelle je suis allé me coucher. Je suis rentré avec d’autres gens. C’était une journée fabuleuse parce que le public était fantastique , ils étaient au top , habillés dans leur habits d’été, une journée très fraiche.


Mais le véritable show ressemblait à ce qu’on pourrait appeler Rinky Dink . ca ressemblait vraiment à un tout petit show dans un immense stade.


Chris Evans: Vous avez appris. Vous avez évolué.


George Michael: Bien c’est ce qui se fait dans les concerts maintenant . Les gens attendent un immense show.

A cette époque , ils pensaient être chanceux quand ils voyaint tomber le rideau au début.

Chris Evans: C’était suffisant.


George Michael: C’était suffisant. C’était des effets spéciaux suffisants.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : GEORGE MICHAEL ' SONGS
  •                                                          GEORGE MICHAEL ' SONGS
  • : CHANSONS DE GEORGE MICHAEL- ALBUMS-TRADUCTIONS - CONCERTS - INTERVIEWS
  • Contact

  
  gmichael.jpg

george06.JPG

George Michael

 

 

   George+Michael+George+Michael+Announces+Return+iEdlCmUM5Vql

georgemichael_ahoy-2s.jpg

Georgios Kyriákos Panayótou