Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 12:30

Michael: First up a man who is currently celebrating twenty five eventful years as a superstar of pop. This week he marked the event by playing dodgems with parked cars by his home. (Laughter) More a case of careless driving than careless whisper. Ladies and gentlemen, George Michael. (Applause)

George: Thank you.


Michael: Well we can safely assume it wasn't their car you bumped into. (Laughter)


George: Well if you think about it, I'm used to people, if I've had any type of traffic altercation, I'm used to people, if I've hit their car in any way they see me and they start to grin because they think, well I can bump this up a bit! Do you know what I mean? (Laughter) The poor people whose parked cars kind of slammed into each other this week, I mean they've all been told that they're welcome to use a hire car and I don't suppose they're getting Nissan Micras, do you know what I mean? (Laughter)


Michael: So what happened?


George: Well it's quite simple. There are two things, there's my life and then there's the life the press believes I lead. And it was quite simple really last Saturday morning, no Easter Sunday morning, I got up at about eight o'clock in the morning, left a friend's house and got into my parked car, which was on a very steep hill, I have to add and took the hand brake off and tried to manoeuvre out and hit the car in front of me, which I didn't know had hit the in front of it, that had hit the car in front of it. So I thought I had hit one car and by the time, I mean the papers say I rushed away and didn't tell anybody about it, which is rubbish actually. But by the time I'd sent somebody to get details of what I thought was one incident, the Daily Mail were already there and that point on it just escalated and escalated and escalated and by yesterday I had people calling my house, you know people frantically trying to find out whether I was in hospital or not. And I'd literally had a parking accident.


Michael: But you told the police and there's no charge?


George: Oh yeah, the police to be perfectly honest, had to interview me because the newspapers said that I'd done a bunk and they were perfectly reasonable about it. At the end of the day how many times have you had someone hit your car and not try and pay for it? Do you know what I mean?


Michael: Oh sure.


George: It happens all the time. And at the end of the day I did what I was supposed to do.


Michael: But the media have to be forgiven on this occasion in a sense because you have got a bit of a record in recent times of actually being found in motor cars.


George: You see the point is again (laughter) again, again...


Michael: What's different? This time you were actually parked.


George: No this time I was actually moving, yes. (Laughter) In reality I have to tell you that the truth of is that I was at the lights at Hyde Park Corner and I don't know if you've ever been at the lights at Hyde Park Corner but it's quite easy to fall asleep actually! (Laughter) Not really, I don't know how long it happened for. I guess it was momentary but I was at the lights, foot on the brake and I must have nodded off like that and I was woken up by a banging on the window that was a policeman and of course they had to check out whether I was fit to drive. Because I was asleep, I might not have been out of control but I was asleep! (Laughter) And you know, I was fine. They breathalysed me, I was fine. The ambulance driver that they checked me out with there and then said I was fine but one of the arresting officers wanted to make sure. So you know they're doing their job but the fact that it's then going to turn into an international incident doesn't really bother the policeman concerned you know? So they took me, they were doing their job and it was nothing really but again it becomes this massive drama.


Michael: But with the cannabis involved as well, you see.


George: Are we really going to say that's dramatic!


Michael: No, no. What were going to say that it's a Class C drug and you get the media.


George: Yeah, gave them the ammunition yeah.


Michael: Well fine so you put the two together and you get the headline, Is this the end of George Michael's career?


George: Funny that. I don't see the correlation. I'm not saying that these are not. I'm not saying, nobody wants to shunt another car and nobody wants to get found asleep behind the wheel but ultimately they're not life changing events and the press would like them to be career changing events but you know, that's fine, I'm not the only one that's being treated like this. You know everyone is being treated like this, they just seem to have, they seem to like playing this game with me.


Michael: But if you have... From their point of view, I mean they've put forward about you that they would have us believe that you are this.


George: I'm spiralling out of control.


Michael: A vampire life you lead!


George: I have to be honest with you here, don't enlighten me too much. Because I've finally learnt not to read it.


Michael: Well, you're overweight!


George: Thank you, look at this. (Stands up - cheers from audience)


Michael: You are out of control on dope, on drugs.


George: I'm what, out of control?


Michael: And you've been ordered by your record company to go into rehab?


George: Oh really?


Michael: Is that news to you?


George: That's absolute news to me.


Michael: Oh well, the letter's in the post. And you're a manic depressive.


George: Unfortunately every artist nowadays has a kind of soap opera that they decide where you're going to be in that. And the trajectory of my particular soap opera launched from that statement Elton made a few months ago, when Elton hadn't seen me for years. And from that point on I've suffered this kind of almost, wishful thinking from the press, the subtext to it, I have to be honest is, well he was alright before he came out and now he lives this depraved gay life and he's miserable and fat right?


Michael: Do you think it's to do with being gay?


George: I think it's a new angle isn't it? It's a new angle because Elton said he thought I was really miserable for some reason and from point on I've been trying to prove that I'm not. Because unfortunately it made me incredibly vulnerable to the press. And last week actually with the last one, with the whole bit about me falling asleep in the car, my manager was on the phone to me and I'd said look, I want the gist of it but I don't want any of the detail. Because the devil is in the detail and the stuff that would drive me mental and make me want to sue is in the detail. So I said, I don't want any of the detail, just give me the gist of it. So he said, 'Well, well they said that you were unconscious behind the wheel and that you were probably out of it.' And I said, 'no.' And he said, 'yes.' He said, 'They reckon there was a bunch of sex stuff in the car with you.' I said, 'no.' He said, 'yes.' I said, 'They printed that?' And he said, 'Yeah and they've used that fat picture of you again.' And I said, 'Get me on Richard and Judy!' (Laughter)


Michael: So now you're feeling good?


George: I've felt good for the last year or so, I've felt great which is why I've decided to tour yeah. (Cheering)


Michael: This is your first tour in fifteen years.


George: Well it's the first time I've played my own songs in eighteen years because I did that fifteen year tour was called Cover to Cover and I've got to be honest, I like singing other people's songs more than my own. So it's about eighteen years since I did a tour and I really never thought I would do it again which shows the strength I've got out of, I've been in a ten year relationship now. I've got over the grieving period I went through in the nineties now and I haven't felt this good since I was a lot younger so it's really a strange frustration to have to keep looking at this parallel life, this Fleet Street kind of a life. And you do want to have a sense of humour about it but what unfortunately in my case, I have learnt to rise about it, I feel so bad for my family and all the friends that I haven't seen for a while. Who call frantically because you know, people thought I'd been involved in a four car pile up and ultimately I pulled out of a parking space really badly!


Michael: So basically there was that period in your life, well documented, the grief where you lost your lover, you lost your mother.


George: Real depression.


Michael: Which is in your family too.


George: Oh yeah, depression's in the family and I'm susceptible to it and I took bereavement, I think, either everyone takes it badly but I took it particularly badly and I didn't know whether I'd recover from it in some ways. So having really been out of the woods for a good three years now this is a bit tiring. To have to keep proving to people that you're not on the edge of disaster and that you're not fat! (Laughter)


Michael: So tell us about the tour.


George: Well the tour is going to be all over Europe because to be honest I'm still a bit nervous about a World Tour so I thought what I do was a European Tour which allows me to come home if I need to and it's about fifty dates over the course of about three months. About three weeks in Britain and if then I have a horrible feeling I'm going to enjoy because I always said I'd never do it again. But I have a feeling I'm going to enjoy it this time and actually it's an alternative to the career I have now. In other words if I can establish a live rapport with an audience again I might not have to worry about releasing singles and putting myself in the way of the media the whole time.


Michael: What's amazing is that you use the word worry, you're so insecure about your career aren't you? I mean why should you be, you've sold sixty seven million records for God's sake.


George: Eighty! (Laughter)


Michael: Oh sorry! But it's strange this doubt you have.


George: But I think any real artist has that doubt. I mean I don't think you can keep going for twenty five years if you're not full of self doubt. What would motivate you? You have to keep proving yourself, now in reality in terms of making records and writing songs I don't feel that any more and I don't actually feel a need to prove myself anymore but I do feel a need to prove that I'm actually still alive and well and the fact that I'm so reticent about doing TV means that I'll go on TV and then a whole two years picture of me has built up and I'll go on and another two year's picture has built up and I'll go on again and you know, you're the only person I ever talk to about. You're practically my therapist! (Applause) On English TV, I think you're the only person I've talked to on British television so that reluctance to deal with the media means that they come to me in some kind of strange way.


Michael: A couple of final points. What about young Kenny, do you think you might emulate your friend Elton and formalise your relationship?


George: I think we'll formalise it for sure because I think from a legal point of view it's essential to have the same safe guards that straight couples have. We've been together for ten years, I think we're entitled to that. I must admit I want a slightly better chance than fifty per cent chance of success! So I don't think I'm going to emulate marriage in that sense and I don't think there'll be a ceremony, we'll probably do it on our tenth anniversary.


Michael: What just a formal arrangement?


George: I think we'll just do the formal legal thing and then we'll have a party. But no one's going to be getting into a dress! (Laughter) Neither of us have the body for it you know! (Laughter)


Michael: Now you're going to sing a song for us now, you're going to go back to the Wham! days.


George: I am indeed. (Cheering)


Michael: I mean, you're going to do this tour now. It will obviously refresh memories of when you did tour with Wham! Were they good days?


George: Oh yes, I mean Wham! especially. Touring with Andrew was a lot more fun than touring on my own. But then I was twenty, I was nineteen and twenty so I have some very happy memories of that. So yeah I've got some great memories but I have a feeling that I'll really enjoy it this time, just having a much, I suppose being a more confident person and having a steady relationship and whatever. And actually now that I'm out I could get hold of a few groupies out there, they may not be what you'd call groupies! (Laughter)


Michael: When does the tour start?


George: I'm going all over Europe and it starts Spain at the end of September and there are dates in Britain in December which will end with Earls Court and Wembley Arena.


Michael: Great OK. So the Wham! song is?


George: It's called Everything She Wants. (Cheers) Thank you. George performs Everythings She Wants (Applause)




Michael : En premier un homme qui célèbre actuellement vingt-cinq années riches en événements comme une superstar de la Pop.
Cette semaine il a marqué l'événement en jouant aux autos tamponneuses avec des voitures garées prés de sa maison. (Rire)
Plus une situation de conduite négligente qu'un chuchotement négligent.

Mesdames et Messieurs, George Michael. (Applaudissements)


George : Merci.


Michael : Bien nous pouvons supposer prudemment que ce n'était pas dans leur voiture que vous êtes rentré dedans. (Rire


George : Bien si vous le pensez, j'ai l'habitude des gens, si j'ai eu ce genre d'altercation de circulation, j'ai l'habitude des gens,

si j'ai percuté leur voiture de n'importe quelle façon, ils me voient et ils commencent à sourire parce qu'ils pensent, je peux bien gonfler ça un peu!
Voyez-vous ce que je veux dire ? ( rire) ces pauvres gens qui ont garé leurs voitures et qui se les ont fait casser ce week-end,
je veux dire qu'on leur a tous dit qu'ils n'hésitent pas à utiliser une voiture de location et je suppose qu'ils n'obtiennent pas une Nissan Micras,
voyez-vous ce que je veux dire ? (Rire)

Michael: Ainsi qu'est-ce qui est arrivé ?


George : Bien c'est tout à fait simple. Il y a deux choses, il y a ma vie et puis il y a la vie que la Presse croit que je mène.

Et vraiment c'était assez simple samedi matin dernier, pas le dimanche matin de Pâques , je me suis levé environ à huit heures le matin ,
ai quitté la maison d'un ami et suis rentré dans ma voiture garée, qui était sur une côte très abrupte,
je dois ajouter j' ai enlevé le frein à main et j'ai essayé de manoeuvrer et heurté la voiture devant moi, je n'ai pas su que j' avais heurté le devant,
c'était l'avant de la voiture. . Donc j'ai pensé que j'avais heurté une voiture et à ce moment , je veux dire les journaux disent que je me suis enfui
et n'ai parlé à personne de cela, en réalité se sont des ordures .
Mais au moment où j'avais envoyé quelqu'un pour obtenir les renseignements de ce que je pensé être un incident,
le "Daily Mail" était déjà là, à ce moment là ça s'est juste intensifié et intensifié et intensifié et hier j'avais les gens appelant ma maison,
vous savez les gens essayant frénétiquement de découvrir si j'étais à l'hôpital ou pas. Et j'aurai du avoir un accident de voiture.

Michael : Mais vous avez raconté à la police et il n'y a pas eu d'accusation ?


George : Oh ouais, la police pour être parfaitement honnête, a dû m'interviewer parce que les journaux ont dit que j'avais mis les voiles et ils étaient parfaitement raisonnables à ce sujet .

À la fin de la journée combien de fois avez-vous eu quelqu'un heurté votre voiture et ne pas essayer et payer pour cela ? Voyez-vous ce que je veux dire ?

Michael : Oh sûr.


George : Cela arrive tout le temps. Et à la fin de la journée j'ai fait ce que j'étais supposé faire.


Michael : Mais les médias ont été pardonnés dans un sens pour cet événement parce que en réalité vous avez été récemment

découvert dans une voiture

George : Vous voyez en ce moment encore ( rire) encore, encore...


Michael : Qu'est-ce qui est différent ? Cette fois vous étiez réellement garé.


George : Non cette fois en réalité je me déplaçais , oui. ( rire) En réalité je dois vous dire la vérité c'est que j'était aux feux au Coin de Hyde Park

et je ne sais pas si vous n'avez jamais été aux feux au Coin de Hyde Park mais il est tout à fait facile de s'endormir en réalité! ( rire)
Non vraiment, je ne sais pas en combien de temps c'est arrivé . Je suppose que c'était momentané mais j'étais aux feux,
le pied sur le frein et je dois m'être endormi comme ça et j'ai été réveillé par un coup sur la vitre, c'était un policier et bien sûr ils ont dû vérifier
si j'étais en forme pour conduire. Parce que j'étais endormi, je ne pourrais pas avoir été hors de contrôle mais j'étais endormi! ( rire)
Et vous savez, j'étais bien. Ils m'ont fait subir l'alcootest, j'étais bien. L'ambulancier a vérifié séance tenante et a dit que j'était bien
mais un des officiers de l'arrestation a voulu s'en assurer. Donc vous savez ils font leur travail, mais le fait va alors se transformer en incident international
l'incident n'a pas vraiment inquité le policier concerné .
Donc ils m'ont emmené, ils faisaient leur travail et ce n'était vraiment rien de nouveau mais c'est devenu ce drame énorme.

Michael : Mais avec le cannabis aussi impliqué , vous voyez.


George : Sommes nous vraiment pour dire que c'est dramatique!


Michael : Non, non. Ce qui était dit que c'est une drogue de classe C et vous aviez les médias


George : Ouais, donnez leur les arguments ouais.


Michael : Excellent donc vous réunissez les deux et vous obtenez le titre, est-ce la fin de la carrière de George Michael ?


George : Drôle ça. Je ne vois pas la corrélation. Je ne dis pas que ceux-ci ne sont pas. Je ne dis pas, personne ne veut détourner une autre voiture

et personne ne veut être trouvé endormi derrière le volant mais en fin de compte ils ne changent pas les événements de la vie et la Presse voudrait
qu'ils soient la carrière changeant les événements mais vous savez, c'est bien, je ne suis pas le seul traité comme ça.
Vous savez que chacun est traité comme ça, ils semblent juste avoir, ils semblent aimer ce jeu avec moi

Michael : Mais si vous avez... De leur point de vue, je veux dire ils ont avancé à votre sujet qu'ils nous feraient croire que vous êtes cela.


George : je suis monté en flèche hors de contrôle


Michael : Une vie de vampire vous mènez!


George : Je dois être honnête avec vous ici, ne m' éclairez pas trop. Parce que j'ai finalement appris à ne pas le lire.


Michael : Bien, vous êtes de poids excessif !


George : Merci, regardez. (GM se lève - acclamation de l'auditoire )


Michael : Vous êtes hors de contrôle sur la drogue, sur les drogues.


George : Je suis quoi, hors de contrôle ?


Michael : Et votre maison de disques vous a ordonné d'entrer en désintoxication ?


George : Oh vraiment ?


Michael: Se sont des nouvelles pour vous ?


George : Se sont des nouvelles absolues pour moi.


Michael : Oh bien, la lettre est à la poste. Et vous êtes un maniaco- dépressif.


George : Malheureusement chaque artiste de nos jours a une sorte de feuilleton mélo qu'ils décident où vous allez être .

Et la trajectoire de mon feuilleton mélo particulier lancé par cette déclaration d' Elton faite il y a quelques mois,
alors qu' Elton ne m'avait pas vu pendant des années. Depuis ce moment j' ai presque souffert de ça,
des illusions de la Presse, de leur sous-texte, je dois être honnête , c' était bien avant qu'il ne soit parru et maintenant il vit ce dépravé à la vie gay
et il est malheureux et gras ?

Michael :Que pensez-vous qu'il doive faire avec un être gay ?


George: J'ai pensé que c'était un nouvel angle n'est-ce pas ? c'était un nouvel angle parceque Elton disait que j'étais vraiment malheureux

pour quelque raison et à ce moment j'ai prouvé que je ne l'étais pas.
Parce que malheureusement ça m'a rendu incroyablement vulnérable pour la Presse.

Et la semaine dernière avec le dernier, avec tout le bordel autour de moi pour être tombé endormi dans ma voiture,

mon manager était avec moi au téléphone et j'avais dit regarde: je veux l'essentiel mais je ne veux aucun détail.
Parce que le diable est dans le détail et le truc qui pourrai me faire suer rapidement est le détail.
Donc j'ai dit, je ne veux aucun détail, tu me donnes juste l'essentiel de cela.
Donc il a dit, ' Bien, bien ils ont dit que vous étiez inconscient derrière le volant et que vous étiez probablement hors de contrôle
' Et j'ai dit, "Non". Et il a dit, ' oui. ' Il a dit, ' Ils estiment qu'il y avait des objets sexuels dans la voiture avec vous. '
J'ai dit, ' non. ' Il a dit, ' oui. ' J'ai dit, ' Ils l'ont imprimé ? ' Et il a dit, ' Ouais et ils ont utilisé de nouveau cette image de vous.
' Et j'ai dit, ' Obtiens-moi sur Richard et Judy! ' (Rire)

Michael : Ainsi maintenant vous vous sentez bien ?


George : Je me suis senti bien ainsi l'année dernière , je me suis senti grand c' est pourquoi j'ai décidé de voyager ouais. (Acclamation)


Michael : C'est votre premier tour en quinze ans.


George : Bien c'est la première fois que je vais jouer mes propres chansons depuis dix-huit ans parce que le tour d'il y a quinze ans

était appelé Cover To Cover et je dois être honnête, j'aime chanter les chansons d'autres personnes plus que les miennes.
Donc ça fait environ dix-huit ans depuis que j'ai fait une tournée et je n'ai vraiment jamais pensé que je serais de nouveau exposé ce qui montre la force que j'ai,
j'ai une relation depuis dix année à présent.
J'ai surmonté maintenant la période éplorée que j'ai passé dans les années quatre-vingt-dix, j'étais beaucoup plus jeune
donc c'est vraiment une frustration étrange de devoir continuer à regarder cette vie parallèle, ce genre de Fleet Street
( Rue de Londres pour désigner la presse) d'une vie.
Et vous voulez avoir un sens de l'humour à ce sujet mais que malheureusement dans ma situation j'ai appris à me montrer à la hauteur,
je me sens mal aussi pour ma famille et tous les amis que je n'ai pas vu depuis quelques temps;
Qui appellent frénétiquement parce que vous savez, les gens ont pensé que j'avais été impliqué dans quatre voiture accumulées
et finallement je suis sorti d'un espace de stationnement vraiment mal !

Michael : Ainsi essentiellement il y avait la période dans votre vie, bien établie, le chagrin quand vous avez perdu votre amant, vous avez perdu votre mère.


George : Dépression véritable.


Michael : Qui est aussi dans votre famille.


George : Oh ouais, la dépression est dans la famille et je suis sensible à ça et j'ai pris le deuil , je pense, l'un ou l'autre,

tous le prennons mal mais je l'ai pris particulièrement mal et je n'ai pas su si je m'en remettrais de quelques façons.
Ainsi étant tiré d'affaire depuis trois bonnes années maintenant c'est un peu fatigant.
Devoir continuer à prouver aux gens que vous n'êtes pas au bord du désastre et que vous n'êtes pas gras! (Rire)

Michael : Si nous parlions de la tournée


George : Bien le tour va être dans toute l'Europe parce que pour être honnête je suis toujours un peu inquiet pour un voyage autour du monde

donc j'ai pensé que je ferai une tournée Européenne qui me permette de rentrer à la maison si j'ai besoin
et sera environ de cinquante dates pour une durée d'environ trois mois. Environ trois semaines en Grande-Bretagne et si alors j'ai une sentation horrible
j 'irai avec plaisir parce que je disais toujours que je ne la ferais jamais de nouveau.
Mais j'ai un sentiment je vais l'aimer cette fois et en réalité c'est une alternative à la carrière que j'ai maintenant.
Autrement dit si je peux établir de nouveau une relation directe avec un auditoire je ne devrais pas me faire de soucis pour la sortie de singles
et me mettre moi-même à l'égard des médias la totalité du temps.

Michael : Ce qui est stupéfiant est que vous utilisez le souci de la parole, vous êtes si peu sûr de votre carrière ?

Je veux dire pourquoi l'êtes-vous, vous avez vendu soixante-sept millions d'albums pour le bien de Dieu.

George : Quatre-vingts! (Rire)


Michael : Oh désolé! Mais c'est étrange ce doute que vous avez.


George : Mais je pense que n'importe quel artiste réel a ce doute. Je veux dire que je ne pense pas que vous pouvez continuer pendant vingt-cinq ans

si vous manquez de confiance. Qu'est-ce qui vous motiverez ? Vous devez continuer à vous prouver, en réalité en ce qui concerne de faire des albums
et écrire des chansons je ne le sens pas désormais et je ne sens pas en réalité le besoin de me le prouver mais je sens vraiment un besoin de prouver
que je suis en réalité toujours vivant et bien,
et le fait que je sois si réticent à faire de la TV que je continuerai au moyen de la TV et ensuite une toute autre image de moi ces deux années a été créée et je continuerai et une autre image de ces deux années a confirmé que je continuerai de nouveau et vous savez, vous êtes la seule personne à qui j'en ai jamais parlé .
Vous êtes pratiquement mon thérapeute! (Applaudissements) à la TV anglaise, je pense que vous êtes la seule personne à qui j'en ai parlé à la télévision britannique
de la réticence de conclure avec les médias, signifie qu'ils me viennent de quelque façon étrange.

Michael : Deux ou trois points finaux. En ce qui concerne le jeune Kenny, pensez-vous que vous pourrez imiter votre ami Elton et formaliser votre union ?


George : Je pense que nous la formaliserons à coup sûr parce que je pense que d'un point de vue légal il est essentiel

d'avoir les mêmes sauvegardes qu'ont les couples hétéroxesuels.
Nous avons été ensemble pendant dix ans, je pense que nous y avons droit.
Je dois admettre vouloir légèrement une meilleure chance que la chance de cinquante pour cent de succès !
Donc je ne pense pas vouloir imiter le mariage dans ce sens et je ne pense pas qu'il y aura une cérémonie,
nous le ferons probablement pour notre dixième anniversaire.

Michael : Juste une disposition officielle ?


George : Je pense que nous ferons juste la chose légale officielle et ensuite nous aurons une fête

. Mais personne ne pouvant entrer dans une robe! ( rire) Aucun d'entre nous n'a le corps pour ça vous savez! (Rire)

Michael : Maintenant vous allez chanter une chanson pour nous , vous allez revenir aux jours de Wham.


George :En effet. (Acclamation)


Michael : Je veux dire, vous allez faire cette tournée maintenant.

Elle rafraîchira manifestement les mémoires lorsque vous aviez fait la tournée avec Wham.
C'était des beaux jours ?

George : Oh oui, je veux dire particulièrement Wham. Le tourisme avec Andrew était beaucoup plus d'amusement que le tourisme tout seul.

Mais alors j'avais vingt ans, j'avais dix-neuf ans et vingt donc j'ai des supers souvenirs très heureux de ça. Si ouais j'ai des souvenirs heureux mais j'ai le sentiment que vraiment cette fois, en avoir beaucoup, je suppose étant une personne plus confiante et ayant une relation stable et indépendante
Et vraiment maintenant que je suis dehors je pourrais trouver quelques groupies là-bas, ils ne peuvent pas être ce que vous appelleriez des groupies! (Rire)

Michael : Quand la tournée commence-t-elle ?


George : Je vais partout en Europe et elle commence en Espagne à la fin de septembre et il y a des dates en Grande-Bretagne en décembre

qui finiront avec Earls Court et Wembley Arena.

Michael : Super, Ok. Ainsi la chanson de Wham est ?


George : Elle s'appelle Everything She Wants. (Acclamations) Merci.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : GEORGE MICHAEL ' SONGS
  •                                                          GEORGE MICHAEL ' SONGS
  • : CHANSONS DE GEORGE MICHAEL- ALBUMS-TRADUCTIONS - CONCERTS - INTERVIEWS
  • Contact

  
  gmichael.jpg

george06.JPG

George Michael

 

 

   George+Michael+George+Michael+Announces+Return+iEdlCmUM5Vql

georgemichael_ahoy-2s.jpg

Georgios Kyriákos Panayótou