Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 13:28

   'MAD' Quotidien Belge

Magazine des arts et du divertissement

 édition du Mercredi 24 mars 2004

 

« Ce dernier disque avant que je me retire »

 page1madbe.jpg

C’est dans le même Amstel Hotel très chic qu’il y a 17 ans, pour la promotion de son premier album « Faith », George Michael nous accordait une de ces dernières interviews. Ramener à de meilleurs sentiments envers Sony grâce à ce « Patience » qu’il tient à défendre, le chanteur anglais a accepté en exclusivité pour la presse belge francophone, de nous revoir. Toujours aussi aimable et cool, la barbe non taillée en tenue grise négligée, George n’élude aucune question.

 

ENTRETIEN

Thierry  Couljon

 

Il y a 17 ans vous nous aviez déjà dit que vous vous sentier prisonnier de votre image, que cela prenait du temps pour devenir un artiste crédible. En même temps vous étés en partie responsable de cette image dont la pop se nourrit…


En ce moment, je ne suis plus obsédé par mon look, je ne tiens plus à ressembler à une pop star cool. Il est vrai que j’ai été très naïf sur le niveau d’intérêt sexuel que j’ai pu susciter. J’aimais bien m’habiller sans imaginer les conséquences. On m’a pris quasiment pour un dieu à un moment donné.


Vous vous êtes battu contre cela et aujourd’hui, vous sortez du silence avec un album très personnel, intime, qui parle de votre famille, de vos proches… Le livret contient la photographie de votre compagnon a qui vous consacrer la chanson « Américan Angel ». N’avez-vous pas peur d’a nouveau vous exposer, sans vous protéger ?


         Les gens savent tellement de choses sur moi dorénavant. En tant qu’artiste, je pense que l’ingrédient essentiel de la pop que je défends est la beauté et la vérité. Etre un auteur et un chanteur, c’est exprimer le besoin de partager. A tous les niveaux. Plus vous pouvez partager sans vous faire du mal, plus proche vous pouvez être de la perfection musicale. C’est vrai que je révèle beaucoup de ma vie dansce disque, mais je n’avais pas le choix. Ma vie a changé. Profondément. Il faut que cela se retrouve dans ma musique. Sinon, ce que tu écris te satisfait moins.

 

« Older » qui était un album de deuil, est différent de celui-ci, même si la mort y est néanmoins très présente. Mais vous retrouvez avec « Patience », le plaisir de la dance music.C’est vers ce nouvel équilibre que vous tendez : des textes graves sur une musique pop légère ?


Si vous parlez, dans vos chansons, de thèmes politiques ou sociaux qui, a priori, n’intéressent peut-être pas les gens, vous devez par ailleurs, avec la mélodie et le son, être très accrocheur. Ils ne feront peut-être pas attention au message, mais écouteront de toute façon la chanson. C’est le but. L’équilibre pour moi doit être représentatif de l’ensemble de ma carrière. Surtout que ceci est ma dernière publication commerciale. J’ai voulu englober tout ce qui représentait George Michael plutôt que d’explorer de nouvelles pistes.

 

La chanson « Through » laisse de fait sous entendre qu’il s’agit la d’une fin, que « Patience » sera votre dernier disque. Ne vous est-il vraiment pas possible, à l’instar des autres artistes majeurs de la pop, de faire avec le show-business, de vous en accommoder au mieux ?


         Maintenant, plus que jamais, je ne peux plus jouer les règles du jeu imposé par une industrie destructrice. Elle a perdu beaucoup d’argent ces derniers temps, et l’environnement qu’elle propose ne laisse plus de place a l’inspiration. On parle de business et plus de culture jeune. C’est complètement incompréhensible pour moi cette attention constante des gens pour la célébrité dont ils tirent une jouissance négative. Vous devez vivre en permanence avec cette publicité et les commentaires désagréables… Je sais que je choisis une vois difficile, mais la voie facile, pour moi, serait un compromis insupportable.


Je continue a penser la pop est très puissante mais avec ses limites. Je ne veux pas me prendre trop au sérieux, mais, mon travail, je veux le livrer au mieux de mes possibilités.

 

Tous ces changements de firmes de disques révèlent chez vous un caractère très fragile, voire instable. Les Dylan ou Springsteen, tous deux chez Sony, ne se posent visiblement pas tant de questions. Ils font leurs disques comme ils l’entendent, et Sony se charge de les vendre…


Non, non, non, je ne pourrais pas, je suis trop maniaque, je dois me mêler de tout, a commencer par l’image. Ca m’a pris du temps de me profiler correctement.

C’est pour ça que je suis ici en train de vous parler.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles ce disque doit être un succès. On parle ici d’un homosexuel qui a eu énormément de succès des années avant qu’il ne fasse son « coming out ». C’est très important pour moi de montrer aux jeunes gays qui ont assisté à ce ridicule « soap opéra » que je suis un gay ayant du succès. J’avais besoin, pour un dernier album public, de faire cette démonstration. Montrer que la pop a un coeur et qu'elle ^peut encore émouvoir

La pression était justement de laisser penser que ma chute provenait de la révélation de mon homosexualité. Ce n’est pas une question de fierté, mais aussi d’exemple pour toute une génération de gays, fille et garçons .


Vous évoquez le rôle joué par la télévision auprès des plus jeunes dans « Freeek ! ». Ne trouvez-vous pas qu’aujourd’hui, on vend davantage de sexe que de musique, que ce soit dans les vidéos rap u de chanteuses pop ?


         Absolument. C’est incroyable l’image que l’on donne de la femme. A voir ces clips, on pourrait croire que le monde n’est fait que de gangsters noirs et de filles légères et aguichantes. Ca me choque énormément. C’est une des  choses qui m’incitent  à dire à la communauté gay  qu’elle ne doit pas être trop relax. Il y a danger, tout comme peuvent être dangereux, par ailleurs, les religieux américains ou une minorité de musulmans. Il faut être vigilant.

 

« Shoot The Dog », qui s’en prend ouvertement à George W. Bush et Tony Blair, est sorti avant la guerre en Irak. Vous avez été un des premiers à prendre une position aussi clair contre Blair. En avez-vous souffert ?


         Que le disque ne soit pas passé en radio, qu’il ne soit pas devenu un hit n’est pas important. Qu’on m’ait attaqué ne m’a pas f ait très plaisir, mais au moins, cela a attiré l’attention sur le sujet. J’ai été choqué par le manque de soutien des artistes. Je pense que je suis mal vu de la communauté musicale car je vis en dehors de celle-ci. Ca m’a beaucoup plus déprimé que l’insuccès du disque. Je me suis senti très seul.

         Je ne souhaite pas bien sur qu’il nous arrive ce qui s’est produit à Madrid, mais,  si cela devait être le cas, il est vrai que les jours de Blair seraient comptés. Je ne pense pas que, depuis les attentas de Madrid, le sommeil de Tony Blair soit si bon.

 

« Round Here » nous ramène a votre enfance et dans  « My mother has a brother », vous évoqué aussi la mémoire de cet oncle homosexuel qui s’est suicidé peu de temps après votre naissance…


         Je n’ai pas eu une enfance si heureuse que ça. J’ai dû l’admettre récemment. Ma mère m’a parlé de son frère quand j’avais 16 ou 17 ans. Avant cela, j’ignorais jusqu’à son existence. Ca a du être dur pour elle de révéler ce secret de famille. Ma mère a beaucoup fait pour moi mais c’est qu’au lendemain de son décès que je m’en suis vraiment rendu compte. Quand j’étais petit, elle n’était pas très heureuse. Devant nous élever toute seule, elle travaillait plus qu’elle ne nous parlait. Mon succès a transformé sa vie, et ce fut une de mes plus grandes joies.

 

Please, send me someone » qui est dédié a Anselmo, votre compagnon brésilien décédé en 1993, date-t-il de l’époque d’ »Older » ?


         Oui, tout a fait. Je ne me souviens plus pourquoi on ne l’a finalement pas mis sur « Older ». J’ai tenté différentes versions pour  ne trouver la bonne qu’à la fin de l’enregistrement de l’album.      « American Angel » traduit davantage mon bonheur actuel avec Kenny. Je tenais à dire au public à quel point je suis heureux en ce moment avec lui.

 

Ce public attend avec impatience que vous remontiez sur scène. Vous ne vous étés jamais produit en Belgique…


         J’adore les deux heures de la journée passées sur scène. Moins la vie qui va avec. J’ai du mal à l’expliquer, il faut vivre cette pression pour la comprendre. Même Kenny qui m’apporte un soutien et une affection totale ne peut comprendre a quel point, en tournée, une partie de vous se retrouve isolée. Avec Andrew dans Wham !, c’était beaucoup plus facile car il partageait ce que je ressentait. J’aimerai vraiment tourner, uniquement pour voir mon audience une dernière fois, avant que je me retire. Ca dépendra de ce qui se passera dans les mois a venir, si mon caractères doit encore  faire face à de sérieuses attaque. Si tout va bien, je suis prêt à préparer un show pour l’année prochaine.

 

Il a été question que vous vous produisiez à Athenes, pour les Jeux Olympiques…


         Ils me l’ont demandé, oui. Mais tout en étant plus occupés a construire le stade qu’intéressés par la chanson. J’ai suivi l’évolution des travaux. Je ne suis même pas sur qu’ils seront prêts. Honnêtement, ce serait un cauchemar d’un point de vue sécurité, je ne suis pas sur d’avoir le courage de m’y rendre. Si je dois mourir jeune, je ne veux pas que cela soit a cause de ces enfoirés de Bush et Blair.

 

Vous vivez toujours a Londres. Est-ce le meilleur endroit pour une célébrité pourchassée ?


         C’est plus facile quand vos fans vieillissent. Ils courent moins vite après vous. J’ai acheté une maison il y a 10 ans et j’y suis bien. Ca me fait rire quand j’entends ce qu’on dit sur New York. C’est faux de dire qu’il y a moins de paparazzi là-bas et qu’on vous laisse tranquille dans la rue.

 

Pourquoi évitez vous ainsi les interviews ? Vous semblez y prendre plaisir, vous êtes très intéressant…


         Ce n’est pas toujours aussi intéressant pour moi. Vous posez de bonnes questions, donc ça m’intéresse, mais croyez moi, c’est rarement le cas. Et puis rien que d’entendre le son de ma voix, parlant de moi, ça me fait tout drôle. Je n’ai plus l’habitude. C’est mentalement épuisant… Là, je fais un effort, sans y être obligé.

         Non je le fais parce que c’est mon disque le plus difficile. Je veux lui donner un petit coup de pouce avant de m’asseoir et ne rien faire. La seule obligation que prévoit mon nouveau contrat avec Sony, ce sont les 3 vidéos, mais ca, j’y tiens pour promouvoir le disque…

Je ne regrette que le retard de quatre ans de ce disque…

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : GEORGE MICHAEL ' SONGS
  •                                                          GEORGE MICHAEL ' SONGS
  • : CHANSONS DE GEORGE MICHAEL- ALBUMS-TRADUCTIONS - CONCERTS - INTERVIEWS
  • Contact

  
  gmichael.jpg

george06.JPG

George Michael

 

 

   George+Michael+George+Michael+Announces+Return+iEdlCmUM5Vql

georgemichael_ahoy-2s.jpg

Georgios Kyriákos Panayótou