Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 12:24

GEORGE MICHAEL FEBRUARY 23rd  2003

 


 

DAVID FROST: George Michael is better known as a writer and performer of hit singles than as an anti-war protestor, but this week he changed the words of one of his songs - one of his most popular ones, one of his greatest songs really, Faith, to reflect his opposition to military action in Iraq. And it had a high profile performance at the Brit awards this week. It follows the release last year of his controversial song, Shoot the Dog. [MUSIC CLIP]

DAVID FROST: The song attacked the American military build up and described Tony Blair as a lap dog to President Bush. George said that he was so worried about the global political situation that he felt forced to write and release the song. Well we're delighted he's here with us right now for a rare interview - George, welcome.

GEORGE MICHAEL: Good morning David, nice to see you again.

DAVID FROST: And vice versa, we meet every ten years.

GEORGE MICHAEL: Every ten years, yes.

DAVID FROST: In terms of the two things, first of all the earlier song, Shoot the Dog, and then this week, what, what led you to take those two steps?

GEORGE MICHAEL: Well I'll be - very simply, it was a long time ago that I started writing Shoot the Dog. I was reading a broadsheet newspaper article which started with the phrase something like the next - this was about three and a half years ago - so it said the next world war will not be between nations it will be between the fundamentalists and the secular West. And I thought that sounded, I mean at the time it sounded kind of far-fetched, but by the end of reading this very long, very eloquent article, I could see that there was a real possibility of it. And I could also see the man's point, that Mr Blair, for a Labour prime minister, was exceptionally friendly with a very right wing American administration. And, actually the song was written in the three or four months preceding September 11th and actually on September 11th itself I was trying to finish it, and it threw me so badly that I didn't actually know what to do with it until earlier this year [reference to 2002] when I started being, you know, very, very, I was very worried by what was going on and the fact that there was a discussion that had started about Iraq but which seemed to have been sidelined. And I felt that that was, that was very dangerous and I genuinely believe that given the information the British public would feel pretty much the way they do now. And I honestly believe that would be enough. I mean I am a believer, or I was, and still am, hopefully a believer in Tony Blair. I met him before the election and I found him to be a very charming, decent man, from my - that was my feeling about him. But right now I am just absolutely puzzled - if he's playing a game in order to keep the pressure on Saddam until the last minute and he really has no intention of following through, then I still believe in him. But that's looking exceptionally unlikely now. And I just think he, the next two weeks are the most incredibly difficult weeks for him. I think he may be looking for the door, I mean I'm hoping that by going to see the Pope he's looking for the door, but I really think he needs reminding in this next couple of weeks by those of us who voted for him that he's about to lead our country into a war which not only will break, will break up the UN or rather break up the strength of the UN and Nato, but he's asking his country to follow Bush into a situation which is exactly what September the 11th was about. I mean September 11th was obviously directed at the Americans in order to provoke a very American eye-for-eye response. And we all worried that that was going to happen very quickly, and then of course we're all, I suppose we're all kind of glad to see that there was no immediate response. But ultimately, that was what it was for, and we are just about to light the touch-paper of all these pockets of Islamic fundamentalism by doing something which is totally illegal. And I think that the, the British public, through opinion poll after opinion poll, is saying yes, we know Saddam Hussein is an incredibly dangerous individual, yes we know his plans are not likely to be altruistic, but we can see a larger picture. And the larger picture is what's terrifying people. People I think understand that we are at a watershed. We have the West and the fundamentalist world are going to come, are going to be at loggerheads for many, many years if we don't talk now.

DAVID FROST: But if we're, if we're talking about - as you were - about Tony Blair. I mean were he here, he would say yes we all hate war, yes lives will be lost in a war, but more Iraqi lives will be lost if Saddam can go on wreaking his havoc because he's been responsible for the death of a million people, in various ways, Iran-Iraq war, Kuwait and all of that, and so he would say that war may be the lesser of two evils.

GEORGE MICHAEL: Well I, I, think that I would, I would totally understand that argument, but it doesn't convince me and it doesn't convince most of the world. It's not that we don't know of the atrocity, the atrocities that Saddam has committed. It's not that we don't know the world would be a better place without him, it's that actually, one of the most frightening aspects of this for me is that one of the central issues is being, is being lessened, as it were, in the British media and American media - I'm sure - which is the importance of sorting out the problems in Palestine. Now there's no question, it doesn't matter whether we place, you know, the latest raid on Gaza way down in our political reporting over the last couple of weeks, you know for a fact that the Arab world is not seeing it with that little relevance right now. And I think that, I think if Tony Blair is so into spin, which I think he's incredibly bad at by the way, but as a man who's so into spin, he should understand that perception is everything, and the world-wide perception right now is that America is going to attack Saddam Hussein for oil and that Sharon is being left to his own business in Palestine - in Israel rather - and that that those two things show an absolute double standard which is very important to the Arab world. And while we try and pretend that's not really happening, I think that's a very dangerous thing to do, I think it will breed anti-Semitism which is unnecessary and I think that that the government should realise by now - just by looking at the polls - that we're not stupid. You know, even though we've allowed our culture to be dumbed down, and we watch rubbish that we didn't watch ten years ago and we listen to rubbish we didn't listen to ten years ago, you know, these are things, that's human nature, we're lazy, we can be, we can be dragged by consumerism into lazy behaviour. It doesn't mean we can't put our thinking caps on when you're talking about life and death. And I almost feel that, that Tony Blair is mistaking our culture for the media culture that America has lived with for many, many years. We know propaganda when we see it, you know. And I think that, I think Tony Blair needs to remember that even though we elected him and he is our leader, this is a brand new situation. I mean for -

DAVID FROST: Yeah.

GEORGE MICHAEL: I'm sorry - I'm sorry - I just wanted to say that the war that we are about to go into, and the war that we'll be accused of cowardice if we don't take part in, I think, no one has ever been asked to do this. No one has ever been asked to give up their women and children in this situation. People have sent their soldiers to war, but in 1940 or 1941, when the Americans were trying to decide whether to help out Europe, nine out of ten Americans did not want that to happen. Not because they're cowards, but because you don't send your own to be killed overseas without very good reason.

DAVID FROST: Right. I'm just getting word that we've got Lord Robertson just coming up on the line. Thank you very much indeed for that very, very passionate evocation.

GEORGE MICHAEL: Okay.

DAVID FROST: Thank you very much indeed.

 


DAVID FROST: George Michael est mieux connu comme un auteur-interpréte du succés de ses albums,
qu'un manifestant anti-guerre, mais cette semaine il a
changé les mots d'une de ses chansons -une de ses plus populaires- vraiment une de ses plus grandes chansons- Faith -
pour montrer son opposition à l'action militaire en Irak.
Son interprétation a fait grande impression aux Brit Awards
cette semaine. Elle succède à la sortie de sa chanson controversée
Shoot the dog, de l'année dernière.
La chanson attaquait l'accumulation des effectifs militaires
Américains et décrivait Tony Blair comme un toutou du président Bush.

George a indiqué qu'il était inquiet de la situation politique globale, qu'il s'était senti obligé d'écrire cette chanson.


Nous sommes ravis qu'il soit ici parmi nous en ce moment, pour une rare interview-

Bienvenu George

GEORGE MICHAEL : Bonjour David, ravi de vous revoir.


DAVID FROST : Moi de même, nous nous rencontrons tous les dix ans.

GEORGE MICHAEL : Tous les dix ans, oui.


DAVID FROST : Concernant ces deux affaires, d'abord cette

chanson " Shoot the dog " et celle de cette semaine, qu'est- ce qui vous
a conduit à franchir ' ces deux ' pas ?

GEORGE MICHAEL : C'est très simple, il y a longtemps que

j'avais commencé à écrire Shoot the dog. J'étais en train de lire un article
parru dans un journal très sérieux qui commençait avec une phrase un peu
comme celle ci : c'était il y a- à peu prés trois ans et demi- donc ça
disait que la prochaine guerre mondiale ne serait pas entre des nations, qu'elle
serait entre les fondamentalistes et l'Ouest laïque. Et je pensais que ça
paraissait ….. je veux dire qu'à l'époque ça paraissait invraisemblable, mais
après la lecture de ce très long et éloquent article, je pouvais dire
qu'il y avait une vraie possibilité. Je pouvais voir également ce que voulait
dire l'homme , que Mr. Blair, pour un premier ministre
travailliste, était exceptionnellement amicale avec une administration
américaine très à droite. En fait, la chanson a était écrite durant les
trois ou quatre mois précédant le 11 septembre, et le 11 septembre
même, j'étais en train d'essayer de la terminer, ça m'a tellement fait mal
qu'en fait je ne savais pas quoi faire avec, jusqu'à cette
année (2002), quand j'ai commencé à être très, très inquiet
de ce qui se passait et du fait qu'il y avait une discussion qui avait commencé à
propos de l'Irak mais qui semblait avoir été mise à l'écart. J'ai senti que
c'était, que c'était très dangereux, et je crois véritablement que de donner
l'information au peuple Britannique, il sentirait beaucoup la manière dont elle est ressentie à présent.
Et honnêtement je crois que se serait assez...je veux
dire que je suis un partisan, ou j'étais et suis toujours, un partisan de
Tony Blair. Je l'avais rencontré avant les élections et j'avais trouvé que
c'était un homme très charmant et décent, c'était mon sentiment le concernant. Mais
maintenant je suis absolument intrigué... s'il joue un rôle dans le but de
maintenir la pression sur Saddam jusqu'à la dernière minute et s'il n'a
vraiment aucune intention d'aller jusqu'au bout, alors je crois toujours en
lui. Mais cela semble partciulièrement peu probable maintenant. Je pense juste qu'il
cherche l'issue de secours... je veux dire qu'en allant voir le Pape il a
cherché l'issue de secours… mais je pense vraiment qu'il a besoin dans les
deux prochaines semaines que ceux d'entres nous qui ont voté pour lui, lui
rappellent qu'il est sur le point de mener le pays vers une guerre qui non
seulement brisera l'ONU, ou plutôt brisera la force de l'ONU et de l'OTAN,
mais il demande à son pays de suivre Bush dans une situation qui est
exactement la même que celle du 11 Septembre... je veux dire, le 11 Septembre était
évidemment dirigé contre les Américains afin de provoquer une
réponse Américaine "oeil pour oeil"... que nous nous sommes tous inquiétés de
ce qui allait se passer très rapidement, et puis bien sûr, nous sommes
tous... je suppose que nous sommes tous en quelque sorte contents de voir
qu'il n'y ait pas eu de réponse immédiate... mais finalement c'est ce à
quoi était destiné à mettre le feu aux poudres en faisant quelque chose de totalement
illégale. Et je pense que l'opinion publique Britannique, par le biais
de nombreux sondages, dit oui. Nous savons que Saddam Hussein est
un individu incroyablement dangereux, oui nous savons que ses plans ne sont
probablement pas susceptibles d'être altruistes , mais nous ne pouvons prendre du recul... et en
prenant du recul ,ce que l'on voit c'est ce qui terrifie les gens, je pense qu'ils
comprennent que nous sommes à un grand tournant. Le monde occidental et le
monde fondamentaliste apparaîssent , ils vont être à couteaux
tirés pour de nombreuses années si nous ne parlons pas maintenant.

DAVID FROST: Mais si nous parlons, si nous parlons de- comme vous le

faisiez de Tony Blair - je veux dire s'il était là, il dirait : oui nous
détestons la guerre, oui des vies vont être perdues dans une guerre, mais
plus de vies Irakiennes seront perdues si Saddam peut continuer à causer
des ravages puisqu'il est responsable de la mort de million de personnes, de
différentes manières, la guerre de l' Iran-Iraq, le Koweit, etc.. donc il
dirait que la guerre est le moindre mal.

GEORGE MICHAEL: Et bien, je pense que je comprendrais complètement cet

argument, mais ça ne me convaint pas et ça ne convaint pas la majeure
partie du monde. Ce n'est pas que nous ne connaissions pas les atrocités
que Saddam a commise, ce n'est pas que nous ne savons pas que le monde serait
meilleurs sans lui, c'est que réellement, un des aspects les plus
effrayants de ça pour moi, est qu'une de ses issues centrales est en train de
diminuer, comme elle l'a été dans les médias Britanniques et
Américains -j'en suis sûr - ce qui fait qu'il soit important de régler les
problèmes en Palestine. Maintenant il n'y a aucun doute, peu importe où l'on
se trouve, le dernier raid sur Gaza a été oublié dans les média politiques ces deux
dernières semaines, vous savez que le monde Arabe ne le voit pas avec si
peu d'intérêt en ce moment, et je pense que.. je pense que si Tony Blair est si bien
informé qu'il le prétend, en tant qu'homme il devrait comprendre que la perception est tout,
et la perception mondiale en ce moment est que l'Amérique va attaquer
Saddam Hussein pour son pétrole et que Sharon est laissé à ses propres affaires en
Palestine -en Israël plutôt- et que ces deux choses montrent qu'il y a deux
poids deux mesures, ce qui est très important pour le monde Arabe. Et
tandis que nous essayons et faisons semblant que cela ne se produise pas
vraiment, je pense que c'est une chose très dangereuse à faire, je pense qu'elle
multipliera l'antisémitisme -qui est inutile- et je pense que le
gouvernement devrait voir -rien qu'en regardant les sondages- que nous ne
sommes pas stupides. Vous savez, même si nous avons autorisé notre culture
à être abruti, et que nous observons des nullités à la télé que nous
n'aurions pas regardées il y a dix ans et que nous écoutons des nullités,
vous savez se sont des
choses à la nature humaine, nous sommes paresseux, nous pouvons
être.. nous pouvons être entraînés par accoutumance dans un comportement
paresseux. Cela ne signifie pas que nous ne puissions pas faire entendre
notre opinion quand nous parlons de vie ou de mort. Et j'ai
l'impression que, que Tony Blair confond notre culture et celle que les
Américains ont depuis des années. Nous reconnaissons la propagande quand
nous la voyons. Je pense que Tony Blair a besoin de se rappeler que même si
nous l'avons élu et qu'il est notre leader, c'est maintenant une situation totalement nouvelle.
- Je Peux dire -

DAVID FROST: oui.


GEORGE MICHAEL: Je suis désolé -je suis désolé- je voulais juste dire que

la guerre dans laquelle nous sommes sur le point de nous engager, et la
guerre pour laquelle nous serons accusés de lâches si nous n'y participons
pas, je pense...que personne n' a jamais été invité à la faire, nous n'avons jamais demandé à personne
d'abandonner leurs femmes et leurs enfants dans cette situation. Les gens ont envoyé
leurs soldats à la guerre, mais en 1940-1941, quand les Américains étaient en
train de décider s'il fallait aider l'Europe ou pas , 9 américains sur 10 ne le
voulaient pas, non parcequ'ils sont lâches, mais parceque vous n'envoyez pas les
vôtres se faire tuer à l'étranger sans de bonnes raisons.

DAVID FROST: Exact. On vient de m'apprendre que Lord Robertson arrive tout juste, merci

beaucoup pour cet entretien très intéressant.

GEORGE MICHAEL: Ok


DAVID FROST: En effet, merci beaucoup.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : GEORGE MICHAEL ' SONGS
  •                                                          GEORGE MICHAEL ' SONGS
  • : CHANSONS DE GEORGE MICHAEL- ALBUMS-TRADUCTIONS - CONCERTS - INTERVIEWS
  • Contact

  
  gmichael.jpg

george06.JPG

George Michael

 

 

   George+Michael+George+Michael+Announces+Return+iEdlCmUM5Vql

georgemichael_ahoy-2s.jpg

Georgios Kyriákos Panayótou