Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 13:27

Première diffusion sur MTV le 04.08.2004

 

 

Les artistes Blue- Britney Spears- Brandie- Usher- Enrique Iglesias- Fefe Dohson- Big Brovaz- Snow Patrol- Methon Man-
et JC Chasez, ont posé des questions à George Michael.


George Michael
... J'ai été longtemps paumé, et ça n'a pas été facile. Et l'an dernier j'ai eu la joie d'écrire avec plus d'aisance et
d'assurance qu'à mes débuts avec Wham!.
Mon public est très fidèle, j'en suis fier et reconnaissant, mais j'ai fait aussi en sorte de me tuer au travail pour ne pas
rouler mes fans, parce que je les respecte.
Ça été le plus laborieux et le plus long processus que j'ai enduré, j'espère qu'il en vaudra la peine. J'en suis même certain.
Les titres méritent d'être écoutés.


(Différents artistes disent bonjour)


Blue:
Bienvenue à toi. Enorme ton dernier single. Il y a quelques questions que des célébrités voudraient te poser.


Britney Spears :
Ton dernier album s'intitule Patience. Qu'est ce qui t'exige le plus de patience ?


George Michael :
Cet album sans aucun doute. J'ai fait preuve de patience tout au long de ma carrière, mais je suis impatient en voiture
et impatient pour beaucoup de raisons, mais pour ce qui est de ma carrière j'ai toujours su où je devais être, même si ça
allait prendre du temps. Je savais que Wham courait à sa perte et que nous étions discrédités à cause de notre style vestimentaire.
J'étais conscient d'écrire des chansons à succès. Mais je n'étais pas récompensé, car on s'occupait trop de choquer avec
nos tenues grotesques. Je devais patienter. Et j'étais prêt à le faire.

Fefe Dohson :
Salut George, ici Fefe. Dis-moi comment sont nées les paroles du titre "Amazing


George Michael :
La plupart ont été écrites il y a 5 ans. A l'époque je rentrais chez moi et je me suis dit : "Dieu merci, ca va être facile".
Et le refrain est d'enfer. Si je m'étais vu en train de terminer cette chanson 5 ans plus tard, je me serais tiré une balle,
si j'avais pu prédire ce calvaire. C'était mon premier texte et je l'ai écrit peu après avoir rencontré Kenny.
D'où ce sentiment d'amour qui s'en dégage. Je ne crois pas avoir écrit une chanson aussi positive depuis "I'm your man".
Ces paroles simples évoquent combien on peut aimer la personne qui partage notre vie. Et... combien c'est magique.
Ces paroles sont bien plus optimistes que ces textes habituels.
C'était un tournage très fun. Mais nous n'avions que la moitié du clip : Matthew Rolston, un photographe extraordinaire et un
réalisateur sans pareil, n'a pas eu une bonne vision. Son idée était de me donner la même image que dans "Faith".
Ce qui à mes yeux me parait un peu bizarre. J'ai 40 ans, pas 24. Et je n'ai plus les fesses de mes 24 ans.


Blue :
Dans le clip Freedom, tu brûles la veste en cuir que tu portais dans "Faith", pourquoi ?


George Michael :
Je n'en avais pas qu'une seule (rires). J'ai pris soin de garder l'autre à la maison. C'était un beau moyen de me
défaire d'une image, pour tout dire. Surtout que je n'étais pas dans le clip. Et je voulais m'en débarrasser pour ne plus être
cantonné à mon image. J'ai fait péter le juke-box et la guitare, brûlé la veste. Ils étaient horrifiés chez Sony.
Littéralement. Pourquoi avoir brûlé ce qui a rapporté à Sony 150 millions de dollars ? (Rires). Mais ça ma bien plu.


Usher :
George Michael tu es une légende. Et je veux faire un remake d'un de tes titres, accorde- moi ce droit.


George Michael :
Que répondre à ça ?

Usher :
" Careless Whisper" je peux faire la reprise ?


George Michael :
Usher est bourré de talent, ce serait un honneur. Or je lui déconseille, car ce titre a fait l'objet d'horribles reprises.


Usher :
Je ferai en sorte de ne pas te décevoir. Donne - moi l'occasion de le faire comme aucun ne l'a fait.


George Michael :
Ça va être assez cool pour Usher


Usher :
C'est moi qui sortirai la reprise en premier. OK ?


George Michael :
Ce que cet album a d'inhabituel, se sont ses deux identités du fait de mes deux états d'âmes.
Quand j'étais encore très accablé et dépressif, je ne pouvais rien écrire de personnel. Et donc au cour de cette période,
il doit y avoir 4 ou 5 titres de l'album qui portent sur le monde actuel.
Je n'avais pas le courage de chercher au fond de moi, c'est en remontant la pente, l'année dernière que j'ai compris
que tout ce que j'avais écrit était très personnel.

Big Brovaz :
Salut George, c'est Big Brovaz. Il y a -t-il une chanson représentative de tes états d'âmes actuels ?


George Michael :
Il y a d'abord "Amazing" parce qu'après sept années je suis toujours éperdument amoureux de mon partenaire.
Le bonheur que me procure mon couple m'aide à être ce que je suis.
Et je crois que l'autre titre est : "My mother had a Brother". C'est une histoire tragique mais vraie.
Ma mère avait un jeune frère, un peu plus jeune qu'elle.
Je n'ai appris l'existence de cet oncle qu'à l'age de 16 ou 17 ans, où elle m'a tout raconté.
Il s'appelait Colin. Rien ne rime avec "Colin" alors son nom n'y est pas (sourire). Le pauvre !
Son entourage le savait homosexuel. Ma mère m'a donné la forte impression qu'il était gay et que c'était aussi un homme très
sensible et très doux. J'ignore quelles ont pu être les autres raisons, mais j'imagine qu'une grande partie de son mal-être venait
du fait qu'il était gay dans les années 50. C'était une décennie où un être se retrouvait en taule pour aimer quelqu'un du même sexe.
Je suis arrivé au stade où je me rends compte de l'énorme chance dont j'ai bénéficié en naissant homosexuel et de nos jours,
du moins dans cette partie du monde, car je peux mener une vie libre, sans gêne et heureuse en étant homosexuel.
J'ai enfin eu la liberté de ne pas me soucier de l'opinion des homophobes. C'est une évolution qui a eu lieu ces dernières années.
C'est quelque chose qui compte pour moi.

Brandy :
Salut George, c'est Brandy, peux tu me parler de Flawless ?


George Michael :
Flawless devait être un titre caché au départ. J'adorai la version originale de Flawless du groupe The Ones.
Et je savais que beaucoup de mes amis l'aimaient aussi. Les gens de ma génération aiment beaucoup ce titre qui
les replongeaient dans l'univers des années 70 et 80.
J'étais fou de ce titre et je n'étais pas le seul mais c'était un tube de dance de label indépendant. Et ces tubes de dance
fabuleux ont tendance à disparaître et à s'effacer doucement au fil du temps. Je pensais que ce serait top d'y rajouter un son
des années 70 avec une chanson disco par dessus. Le résultat a été si probant que j'ai voulu ce titre sur l'album.
Mais ce titre devait être caché.


JC Chasez :
Quel a été le plus grand risque de ta vie privée ou de ta carrière ? Et a -t-il payé ?


George Michael :
Maintenant que je comprends mon propre engagement, disons la motivation qui m'a poussé à me faire arrêter,
je dirais que, même si ce n'était pas délibéré, avoir mis ma carrière en danger de cette façon est de loin la chose la plus risquée
que j'ai jamais faite. C'était un coup monté, mais moi aussi j'ai joué le jeu. Ils n'ont fait que les deux tiers du travail,
car j'étais déterminé à leur donner ce qu'ils voulaient. Mais je n'en étais pas conscient. C'est une oeuvre de mon subconscient.
Je déteste tomber dans les banalités. Mon homosexualité a été révélée d'une façon très peu banale... (rires)
C'est sans contexte un acte original.


Snow Patrol :
George, crois tu que ton humour est mal interprété ?


George Michael :
Non. il est tout simplement mauvais (rires)

Une chose qui est intéressante... et j'avais l'intuition qu'elle se produirait parce que j'avais mené ma campagne contre la guerre,
j'avais le sentiment que le public écouterait avec une attention plus vive que par le passé. Mais mon sens de l'humour...
Il est présent dans Outside et Shoot the dog. Je ne pense pas être incompris. On ne doit pas me trouver très drôle.

Enrique Iglesias :
Y a -t-il une recette secrète pour gérer le succès ? Et comment parviens-tu à allier profil bas et popularité ?


George Michael :
Je vais vivre ma vie et l'apprécier comme si la presse n'existait pas. Je m'en fiche. Si les gens me voient comme un salaud,
je m'en fiche royalement. Mais je dois communiquer avec mon public en me servant des médias qui sont devenus d'incroyables rapaces...
Et j'aimerais beaucoup la prochaine fois, je pense utiliser le net pour accéder à mes fans et je ne les ferai pas payer,
ma musique sera gratuite. Et je vais me retirer provisoirement de l'industrie, voir si je peux régulièrement alimenter mon site
d'articles et de titres. Ce sera peut-être un échec. Je ne peux pas être inspiré si je ne réussi pas à l'échelle mondiale et si mes
chansons ne monopolisent pas la radio. Mais j'ai l'intention d'essayer. C'est un fait. Je me donne le droit de changer d'avis .


Method Man :
Eh George, ici Big Meth. Tu as l'intention de faire une tournée pour ton album ?

George Michael :
Il y a toutes les chances pour qu'il y ait une tournée George Michael dans les deux prochaines années.
Mais le fait est que si j'ai une année difficile en termes de popularité et s'il s'avère que cet album menace mon bonheur
du fait de son succès, je ne ferai pas de tournée. Paradoxe ridicule, mais pourtant vrai. J'ai un devoir envers tous ceux qui ne
m'ont pas vu en live mais je ne foutrai pas en l'air mon bonheur pour ça. Je le ferai volontiers mais uniquement si ça ne
met pas mon bonheur en péril.
Même si le succès de cet album m'importe énormément, je me rends compte que la réaction du public compte beaucoup moins qu'avant.
L'important c'est que je puisse continuer....

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : GEORGE MICHAEL ' SONGS
  •                                                          GEORGE MICHAEL ' SONGS
  • : CHANSONS DE GEORGE MICHAEL- ALBUMS-TRADUCTIONS - CONCERTS - INTERVIEWS
  • Contact

  
  gmichael.jpg

george06.JPG

George Michael

 

 

   George+Michael+George+Michael+Announces+Return+iEdlCmUM5Vql

georgemichael_ahoy-2s.jpg

Georgios Kyriákos Panayótou