Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 12:35

Novembre 2006



Mark:
Hello, this is Mark Goodier. Welcome to 25 and Live. A conversation with one of the UK’s most successful and controversial stars: George Michael.

The anthemic Freedom 90, starting this one hour special with George Michael. It’s 25 years since George skyrocketed to fame as half of Wham!, a beginning that led to a Grammy award winning solo career and record sales of 80 million. As far as he’s concerned, this year he’s been in the newspapers for all the wrong reasons. But when he announced he’d be touring for the first time in 15 years, the phone lines were jammed as fans, some of whom had never seen him perform, scrambled to buy tickets.

If you were at his first UK concert in Manchester last night, you’ll know that he didn’t disappoint. His voice is sounding as good as ever and the shows really are spectacular. And this from a man who swore he’d never sing live again. The fans are delighted he has.

Fans:
"We were all very excited about oh is he going to show up, is he going to be here; is it really going to happen. And yes he was there, and yes it did really happen, and it was fantastic!"

"When he came through those doors, there’d been a lot of talk that he was going to be given a standing ovation but it went beyond that. People waited for 18 years; it looked for a moment as if they were going to be 18 years actually welcoming him back."

"The crowd just went wild. Wild screaming, tears, hugging. There was actually a sea of light from mobile phones and it was amazing to see. It was literally as if every single person in the crowd had their mobile up to take pictures or film it, and you could just see the light. It was spectacular."

"I did not think I would see him sing in my life time. I did not think I’d see him sing live. Now I think that after this tour is over he might actually go and do something again, because it looked like he enjoyed it."

Mark:
In fact right around now, George will be preparing to take the stage again at the MEN Arena in Manchester. I spoke with him back home in London, a little over a week ago, and tonight we’ll hear his views on his music, the record industry, and the controversy that’s surrounded him over the last year. But first let’s find out how the tour has been going.

George:
Great actually. All my nerves dissipated after the first couple of shows actually, in Barcelona, because I was so worried about my voice holding up. Now all my worries went quite a way back and we are just really excited that the show’s got more refined as it goes along, you know. And obviously its just a thrill to see these audiences, you know, people being incredibly warm everywhere we go really.

This time more than any other time I’ve played, and something I didn’t really appreciate when I was younger. And maybe it makes a difference to me that the audiences are wider in age group, because actually I’ve been shocked at how many young people there have actually, who obviously have been raiding their parents record collection. And I guess they hear us oldies on the radio. So there’s really quite a wide age range, which is quite surprising.

The other thing is just looking at people having such a good time. With the world we live in today, I look at that and I get this incredible reaction every night when I go out on stage, and people go away really having had a good night. And you understand somehow as you get older how much of a privilege that is to be able to do that; to able to change that many people’s evening to a great evening. I don’t think I appreciated that when I was younger, so I really have this time.

But apart from that I think I’ve just realised that I must have been a very lonely man. That’s all I can think of because this hasn’t been frightening or difficult at all. This has actually been a kind of worry free experience. Kenny and I have had a great time and Kenny’s been doing some great stuff which I won’t go into now. Basically Kenny’s been keeping himself busy with charity work as I’ve made my way around Europe, and the whole things been really pleasant, so I have no doubt I’ll be up for doing it again quite soon.

Mark:
For your fans that will be a joy to hear. And the conversation about the Faith Tour that we had previously, it seemed to me around that time what you were saying was you’d wanted something, you aspired to a certain kind of life and career, and when you got there you found out you really didn’t want it at all.

George:
Absolutely. I think at that age, I was actually only 25 when I did the Faith tour, there was such a feeling of emptiness about the actual level of fame that I’d achieved that I couldn’t see the good things about it. I couldn’t really experience the highs because I was too busy wondering what was going to make me happy, if this incredible luck was not going to make me happy. I was too busy wondering about that. And I guess loneliness is really intensified if you are being admired by thousands of people every night very loudly, and then going back to your hotel room alone. I guess really it was the loneliness of the experience that, when I look back, I mistook for genuine unhappiness with the touring.

Mark:
What point did you decide you were going to do this? What was the trigger point? Because you have talked about it and you’ve gone so far, pretty much, as getting gigs lined up for it?

George:
There was a moment. I remember the moment I thought, you know what, bite the bullet and do it. I don’t remember it being inspired by anything in particular. I remember just thinking to myself, sitting here actually on my little bouncy ball that use to keep my back adjusted, and having this understanding about the fear of regrets. The fact that I’ve always planned for the future in a strange kind of way and don’t live in the moment, is because I’m always terrified of regret. And it occurred to me that I was going to regret not playing before a certain age at least. And I don’t remember why that kind of epiphany actually came to me, but as soon as it did it seemed very clear that what I should do is plan to take it on again. I wasn’t sure at that point that I wanted to do it at this level, but now I can’t think of anything that will stop me taking it to stadiums now. So it was quite a revelation really.

Mark:
Because it was a fear wasn’t it?

George:
Oh yeah absolutely. Absolute fear, like a phobia, yep. I could cope with it in small doses in front of charity audiences who weren’t even necessarily there for me. But it was actually a phobia and now it seems like the easiest thing in the world. Thank God, because all those people paid their money, and if I was miserable I think it would have shown. Or I would have developed some terrible laryngitis or something and mysteriously ended the tour. But no it hasn’t been like that, its been absolutely fantastic.

Mark:
Did you have to work that through yourself, or did you have professional help, this journey that you describe?

George:
It’s very much an internal journey, apart from having to do the exercise, which is not very internal at all and not very natural to me. So physically I had people to help me to prepare for it, but ultimately, I’ve had a good year and a half to steel myself. I knew I was in a really good frame of mind. You know to be perfectly honest, has the excess publicity this year bothered me? What’s bothered me has been having people outside my house. But other than that, I was still on my own journey, getting myself ready for this, and luckily that was a really good distraction. I had something positive to do while all this rubbish was going on. I’ve done that myself really. That’s really been about just geeing myself up for the last 18 months.

Mark:
Before the first European gig, when you were standing at the side of the stage, can you remember how you felt?

George:
I must have been crapping myself really, but it didn’t feel like that. When I’m actually ready to go onstage, something else takes over. It’s not fear really, its another frame of mind. The fear was all in the anticipation I think, months before. Until half way through the rehearsals I was truly, truly scared. Once I realised my voice was going to be great, or it sounded the same way it did before, then from that point on I started to relax. And after 3 or 4 shows, its just been a breeze.

Mark:
We know this because we spoke to the British fans who went in their hundreds, if not thousands to the European gigs. The things that they are saying are really interesting. Some of them thought they’d never get to see you do a live show in their life time.

George:
That adds a lot to the atmosphere of the show. That’s a genuine undercurrent for the real fans, I think. I told them it was never going to happen, and not to hold their breath, and please not to be disappointed, and I changed my mind.


Mark:
Waiting for That Day, from Listen Without Prejudice. An aptly titled song for the loyal fans, who’ve waited for over a decade to see him tour, and who are relieved he did change his mind. 2006, and for the first time in a long while George seems to be fit, happy, and more chilled out. He’s recovered from the depression and the writers block that have plagued him in the past, and also put some of that crushing insecurity behind him.

George:
Its just a different time of my life, isn’t it. I suppose a lot of us mellow out, and you can’t get much less mellow than being in the eye of a storm at 24 and 25. I wasn’t a very mellow person. I still am a perfectionist, but the people who’ve been on tour with me will tell you its like being with a different person. Some nights we’ve had terrible problems, the screens have gone down. In the old days someone would have got such a mouthful for that, but now I just kind of laugh it off. And its been like that for the main part of the show. Things go wrong, but so what. Everyone still had a great time. And that’s the way I can walk away from it now. Whereas I would have walked off and anything I didn’t like about my performance would just ruin my day. Until the next time I had a chance to do it, and do it better. That’s the way I used to be.

Mark:
It’s interesting that the image was so carefree in the Wham! Days, but it obviously wasn’t.

George:
I’m not talking about Wham! really. It was towards the end of Wham! that I started to feel really lonely, so that’s when it all started to be a different thing. I was always a perfectionist, but its easier to be a perfectionist when you’ve got someone to laugh it off with. I would say when we toured with Wham! they were pretty good times. Andrew and I got up to the normal stuff that you’d expect, so it was pretty good times. It was more the Faith tour, the solo tour that was really not a good thing for me.

Mark:
There’s a rumour that Andrew would join you on one of the UK dates of the tour.

George:
You know, I still haven’t asked him. I’m too nervous to ask him. I don’t know if he’ll want to do it, but I’d love to do it. I’d love him to do it. But there’s definitely nothing planned.

Mark:
He’s going to say yes.

George:
Oh I don’t know if he’ll say yes. It depends, if he likes the idea, then he’ll say yes. If he doesn’t, he won’t..

Mark:
He’s been very good hasn’t he, having a quiet life.

George:
Oh yes, exactly. He might just not want the attention right now, you know. So we’ll see. I’d love him to though.

Mark:
While Andrew may be happy to shun the limelight, George no longer has that option. And in terms of attention, he’s never short of it. We’ll hear more about that later.

To celebrate 25 years in the business is a remarkable achievement, and in the radio 2 documentary series a couple of years ago, I spoke to him at length about the people who’ve influenced his career, his musical heroes. He idolized Elton John and enjoyed the showmanship of Freddie Mercury. Now, he’s a veteran of the business himself.

George:
Yeah, its amazing. I think I had an clue that things would last probably from about 2 – 3 years into it, but I would never have dreamed of anything like this as a child. I saw as far as Top of the Pops, and didn’t really see beyond that. I thought about being a star and never thought about the possibility of being in that position for 25 years. Because in 1980 so few people were in that position., whereas there are quite a few of us now. Just the numbers, just being able to round it off to a quarter of a century, feels like an achievement to me. And it feels like the right number to put on what I think of as my real mainstream commercial career. Because I definitely want things to go off in another direction after this. I want to explore things differently. So it feels absolutely right that the tour and the number of years, and what I can expect out of pop music, its optimum.

Mark:
When you say you are going to do something different, are you referring to the conversation of about a year and half ago, where you were saying that pop music from you, as we’ve known it, is at an end?

George:
It’s not the music, so much as the way of interacting with the business. I don’t really want to interact with business anymore. I want to be able to put things on my website as and when I they arrive, as apposed to a structure where there’s going to be a single, and an album. Then there’s the promotion. I don’t want to do any of that. I truly believe that the industry, whether or not its dead, is not much fun any more. In terms of if you’re a mainstream pop writer who wants to write something other than to make money, its not much fun any more, to be in this part of the industry. So I’d like to detach myself from that and try and think about writing from another place.

The other thing is, you can’t help but lose your excitement for the same results. This tour is exciting because I haven’t experienced it for 15 or 18 years. Once you start to struggle, with perfectly good music, to get past bad music which comes from the generation below you; once you’re putting out records that are really of your normal standard and they can’t get past Paris Hilton for example, then you know, you can safely say the culture is moving and you don’t really perform a vital service anymore. So I think under those circumstances, I can only become less and less inspired. I feel a great need to disconnect from the business, because there’s only so much cynicism that your artistry can take. And so I have to try and work in a field that won’t make me feel that constantly.

Mark:
And that, as you’ve expressed it, sounds really reasonable. At the same time, what you said about the tour, its for the fans and its for you, and not necessarily for the men at SONYBMG. In terms of writing then, you’ve always been absolutely fastidious in taking your time over that. Does that mean it may be some time before we hear a new song?

George:
Well, I don’t know really. I know that I might try and do some other form of writing, but I really have to see what happens. Because even though I’ve disappeared from view for long periods of time, in the background, its always been me working towards some commercial project. And I really need to see what happens when I just stop doing that, and say okay, I’m just going to hang around for a couple of months now and decide what to do, and maybe do a bit of this, and maybe do a bit of that. I have to see what happens, because I know absolutely that at 43 there is no reason to give up on my creativity at all, and there’s no reason to think that it shouldn’t continue to progress. But there’s every reason to think that if I stay in the pop industry. I don’t know that it will be a long time, and it might just be that I keep doing a bit of writing, while I’m doing whatever else I’m doing. I just won’t be marketing it in any way.

The fact that I’m a gay man, and the fact that politically, I’m not afraid to risk my career in terms of speaking my mind, that makes me stand out like a sore thumb.

Any police man in the world would tell you the world would be a much safer place if we all put down our beers and picked up a joint.

That’s my trouble actually. I think you can’t be selective with truth and honesty so I always go that bit further than my generation does and get myself into trouble.


Mark:
Despite the huge success of the sell-out tour, it’s George’s life outside the music that makes the headlines, with the tabloids focusing on his sex life and the quality of his driving. He deals with such situations directly, and with unswerving honesty. He’s also of course, not afraid of political debate. He was one of the first musicians to openly condemn the idea of war in Iraq with “Shoot the Dog”.

In a sense it’s easy to take a swipe at George, even he recognises that he could say a little less, but isn’t it refreshing to hear who’ll honestly answer a question with a view and an opinion and not worry about the PR implications.

George:
Yeah that’s my problem. That in itself creates more PR these days because everyone for the past 20 years has been giving pat answers to pat questions. Because there’s this battle going on between left and right, the past and the future, and some people are trying to kick liberalism out of the door. Some of the ideas that I grew up with as being completely ordinary, and if you were an intelligent person it shouldn’t be a question, are now questioned again. The fact that I’m a gay man, and the fact that politically, I’m not afraid to risk my career in terms of speaking my mind, that makes me (although it would have been fairly commonplace 20-25 years ago) stand out like a sore thumb.

Mark:
There’s very few people in your field, who will actively stand up and say what they believe.

George:
I’m not looking for controversy. If people actually look at most of the times I’ve talked about my sexuality, it’s been shockingly enough, to have to defend it. I feel a great responsibility not to be a negative to gay people, young gay people especially, so I try to be absolutely unapologetic and real about my answers. That’s really seen as an antagonistic move in the world today. You’re not playing the game, you’re rocking the status quo where the kind of mainstream is all about nothing mattering.

Mark:
Except I’m not sure if you have anything to defend. Your fans, whoever they are, love you and accept it.

George:
See my point is a lot of young gay people are not necessarily George Michael fans. And I do feel a responsibility to them because the newspapers are allowed, in a way that radio and television are not, to pretend its 1965 for the last 40 years. That means there’s terrible language being used about gay life, and I am the gateway to that. So I feel, just by my honesty, that I seem to bring issues into the mainstream. Maybe because I’m not enough of a screaming queen, for it not to be an issue. The fact that women were attracted to me, and the fact that some women are still attracted to me, regardless of the fact that they know that I’m gay, that all seems to be red rag to the press bull.

And I feel very much that I have to defend those positions, or at least, nonsense the positions that the right take, because otherwise these kids, kids who are literally early teens, absorb all this stuff, and don’t hear an apposing view. God knows, no one’s being sticking up for me, except for me. I just disappointed in general, I’ve really kind of decided that politically I’m the wrong person for the job in terms of trying to help anybody along, because journalists love to hate me. So I think my politics will kind of remain within my work, because if you believe in helping people out, you have to be the right messenger. I’m outside of the normal celebrity now, so I don’t necessarily know that I’m any good for spreading the word, even if the word is really simple and something that you think is perfectly morally right.

Mark:
The thing that I find remarkable is that you have the courage to take it on, even though these issues, whether there political or sexual politics, don’t necessarily give you any comfort with how they play out in the world. But you clearly feel you have to take it on, as apposed to not taking it on.

George:
It’s almost like I’m the same about my relationship with the media as I am with my music. When you look back on my career, I don’t want it to be musically or in terms of ethics, to be a bumpy ride. I want to be consistent. I want to be able to say that I stood up for myself as an individual and as a gay man, and as a musician. Say the way I did against Sony or whatever, I want these things to be remembered consistently. That’s my trouble actually. I think you can’t be selective with truth and honesty so I always go that bit further than my generation does and get myself into trouble. But also that’s my own dysfunction, if there’s a hard way to do it, do it the hard way. That’s me as well.

Mark:
But there are no regrets.

George:
Oh God no. I can live with my own mistakes, I can live with what I’ve brought on myself. I can’t live with things that have been brought upon me for no good reason, by others.

Mark:
The other thing I have to ask you about is the fantastic hoohah about you smoking a spliff on the Southbank show, and I must say just for those who are listening to this, we’ve been talking for an hour, you haven’t had a spliff. In fact the last time we spoke, 2 or 3 years ago, you might have had two or three in the one show. But what do you think they think people are going to be shocked by?

George:
I’ve no idea. Lets be honest, I don’t think anyone under 55 gets why that’s a deal. It was a deal in the 70’s. In the 60’s it was happening and it was a deal. Something that is equivalent to my generations alcohol. I have to say it’s as simple as that. Unfortunately class A drugs are every bit as common. But a class C drug which I think really, any police man in the world would tell you the world would be a much safer place if we all put down our beers and picked up a joint.

Mark:
You understand the Mental Health issue?

George:
Oh yeah absolutely. But I also did say that people shouldn’t do it when they are young.

Mark:
It’s not without risk.

George:
No. I said it on the show. Which is stupid about all this fuss, because I’m quite sure all the people who are complaining hadn’t seen what I’d said. Because what I’d said was actually it was not a very good idea. I was in a privileged position. It is kind of destructive in life if you have things that you need to keep on top of, beyond a certain amount. You know I am very lucky man. I’m very positive I don’t have responsibilities that many people do. And I don’t have the financial responsibilities so I can be a little bit abusive in that sense. But I still that I don’t drink. I drink when I go and have a meal. I don’t drink, and for that reason, I think I’m better off of an evening than a lot of people in this country. Because the most available drug in our society is so abused, on what is thought of as a normal level.

Again, its this discussion which I think must be being had by old men in pubs or something, because I can’t think of anyone else who thinks its shocking. All that’s shocking is the honesty. And the fact that honesty is shocking in 2006 is the issue. That is a shock in itself. And it is the issue, that with such massively terrible things going on, we can keep ourselves busy with the risks of smoking a joint when we already know its less dangerous and less destructive by far than the most commonly used leisure drug, which is alcohol.

Mark:
Its uncompromising views like that which mean George will always be easy fodder for the tabloids. But lets return to the reason the fans are still here, the music. And to celebrate 25 years in the business, there’s a triple cd greatest hits album.

Its sometimes easy to forget the range and diversity of George Michael’s songs, from the upbeat tunes like Fast Love, Faith, and Outside, to the killer emotive ballads like Jesus to a Child, A Different Corner, Careless Whisper, and Heal the Pain. This song is George’s tribute to Paul McCartney and the Beatles. Last time we’d spoke, he’d approached Paul to sing on a new version. And that version appears on the new album 25.


Mark:
Revealing George’s back catalogue, there’s no question of his status as a singer or as a star, but is he underrated as a song writer? When the critics have praised artists like McCartney, Bowie, or Elton John as legendary British songwriters, you don’t hear George Michael’s name in the same sentence.

George:
Well its always generational, isn’t it. You always get a little more credit from your generation as you get older. I don’t think there’s any doubt that my generation, as time goes by, will actually think of me the same way. They just won’t see me everywhere. I mean Elton is kind of ever present, isn’t he, and I suppose I won’t be that.

Mark:
So no Vegas shows for you then?

George:
Well I don’t know about that. But definitely no residency. I’m quite sure that Vegas has some nice venues now, but I shan’t be playing on a regular basis just there.

Mark:
Lets talk about a few of the songs on the album that you’ve put together. It’s fascinating to see these songs in the order that they appear on the triple cd. Was that a jigsaw?

George:
It was for a little of it. I tried not to make it too much. Eventually I thought it should be relatively chronological. The third album should be the other things that I want. Because greatest hits albums are traditionally your largest selling album. I’ll have had two greatest hits albums to cover my career, and what I really wanted, was apart from all the new singles, this was going to be a proper collection of the 25 years, I wanted the other things that I would most want to be remembered to be on the third cd. The third cd almost runs as an album in itself, because its not regulated, or its not balanced or whatever. And the third album is actually my favourite of the three, because there are all these things that I really like, and I know a lot of people haven’t heard. They’re not rare, but the majority, the mainstream haven’t heard them.

Mark:
Any covers?

George:
A couple of them are covers but most of them are my things, they’re old B sides or things that people wouldn’t have heard off of Patience, or off of Songs From the Last Century. The kind of people who haven’t bought a George Michael album since the last Greatest Hits album, if they were going to buy one now, 10 years later, then I’d like them to be able to hear those tracks, because they are things that I think have been missed. So I’ve been listening to the third one.

Mark:
Including the cover of Roxanne.

George:
Yeah, I’m really proud of that actually.

Mark:
I remember it getting quite a lot of radio play at the time.

George:
For about a week. Because it wasn’t released as a single. Once radio knew it wasn’t going to be released as a single, I think they decided not to play it. Because I didn’t want there to be that much mainstream exposure for that album. There was never going to be “Swing When You’re Winning” because it was never going to be promoted in that sense. That’s like a vocal performance that I’m really proud of. There are a couple of those that are on there literally because the vocal performances are probably some of the best of my career.

Its 40 tracks, and I’m pretty impressed with my own career actually, looking at the combination of those tracks.

Mark:
The song with Mutya on the record. It’s one of your strongest songs.

George:
You think?

Mark:
I think so yeah. And I also think it sounds wonderful on the radio. It’s a very, very good radio record.

George:
I don’t think much of radio is playing it though.

Mark:
Radio 2 is.

George:
Yeah I know Radio 2 is, absolutely. It’s been fantastic. I’m not even that offended now that some of my best work goes unnoticed because it’s the way of the business. For quite a long time, the actual sales and chart position of things has been far less important to me than the fact I can look back on that track in a year and say, no it really is as good as I thought it was.

Mark:
How did you end up doing that collaboration?

George:
I always loved her voice from the first album. I bought the first Sugarbabes album and I discussed it with her actually when we were in the recording studio, that it was my favourite, the first album of theirs. And she said the same thing. And I always thought she had a wonderful voice. They’ve been around 5 or 6 years now, and it seemed perfect timing, with her leaving the group. Although I did approach her about 2 years ago about doing something for Patience and then put it off. I was in the studio recording when I heard that she’d left the group. I thought what perfect timing. She probably left under circumstances where I would have been on her side, put it that way. I think she’s very self determined and that’s very difficult for anyone within the pop industry now, let alone a girl of 21.

Mark:
After the success of this tour, how do you feel about a North America tour?

George:
I’m afraid of the idea of not being able to come home. But Kenny and I have a new home in Dallas, so if we can use that as a base, then quite a lot of the American tour will be easier I think. But I’ve yet to see really. I’ve been leaving it up in the air, but now actually I’m perfectly prepared to go ahead with the American dates. We’re just working out the plans really for what kind of shows, what size of shows. But what I think what’s more certain than that is probably stadiums for Europe for the summer. And that will be a whole different thing again. A whole different experience again.

Mark:
A stadium tour for the summer and possible North American dates. George Michael clearly is loving touring again. Lets give him the last word.

George:
Do I wish I’d done it years ago? Yes, but I wasn’t capable for many years. My life was a complete nightmare, so I wasn’t capable. Even though my life would appear to have been a complete nightmare this year, it really hasn’t. So its just been a really wonderful return to some of the better aspects of my life, before some of the people I lost left my life. And really a feeling that I’ve really truly recovered from the nineties, and something that I thought I would never do, which is be as public as this, and take on a world tour. Its something I never thought I do and its here, and I feel so privileged to get to this point and be able to make these kind of decisions.





Mark:
Bonjour, c' est Mark Goodier . Bienvenu au 25 Live.
Une conversation avec une des stars la plus couronnée de succés et contreversée du Royaume-Uni : George Michael.
Le refrain de Freddom 90, pour commencer cette heure spéciale avec George Michael.
Il y a 25 années depuis que la renommée de George à grimper en flèche
en tant que la moitié de Wham !
Un commencement qui a mené à une récompense des Victoires de la musique,
gagnant en carrière solo des ventes de 80 millions d'albums.
Aussi loin qu'il était concerné, cette année il a été dans les journaux pour toutes mauvaises raisons.
Mais quand il a annoncé de faire une tournée pour la première fois depuis 15 ans,
les lignes téléphoniques ont été bloquées par les fans, certains qui ne l'avaient jamais vu chanter , se sont rués pour acheter des billets.
Si vous étiez au premier concert du Royaume-Uni à Manchester hier soir, vous saurez qu'il n'a pas déçu.
Sa voix semble aussi bien que jamais et les concerts sont vraiment spectaculaires.
Et c'est d'un homme qui a juré qu'il ne chanterait jamais de nouveau en live . Les fans sont enchantés


Fans:
« Nous étions tous très excités oh et il allait se montrer, et il allait être ici, il allait vraiment arriver.
Et oui il était ici, et oui il est vraiment arrivé, et c'était fantastique ! »
« Quand il est arrivé par ces portes, beaucoup étaient persuadés qu'il allait se lever pour applaudire mais il est allé au delà de cela.
Les gens ont attendu 18 ans ; c'était regarder pour un instant comme si ils allaient être 18 années l'accueillant réellement de son retour . »
« La foule était déchainée. Des hurlements, des larmes, c'était énorme.
Il y avait en fait une mer de lumière de téléphones mobiles et c'était stupéfiant à voir.
C'était littéralement comme si chaque personne seule dans la foule avait son mobile pour prendre des images ou le filmer,
et vous pourriez juste voire la lumière.
C'était spectaculaire"
« Je n'ai pas pensé que je le verrais chanter dans ma vie.
Je n'ai pas pensé que je le verrais chanter en live.
Maintenant je pense qu'après cette tournée il pourrait de nouveau faire quelque chose encore,
parce qu'il a eu l'air d' apprécier. »

Mark:
En fait à présent, George se prépare à reprendre la scène au Men Arena de Manchester.
J'ai parlé avec lui à son retour de sa maison de Londres, il y a à peu près huit jours, et ce soir nous allons entendre
ses opinions sur sa musique,
sur l'industrie du disque, et la polémique qui l'a entouré l'année dernière.
Mais premièrement le laisser dire comment a été la tournée .

George:

Génial en fait. Tous mes nerfs se sont dissipés après les deux premiers spectacles, à Barcelone,
parce que j'étais si inquiet au sujet de monter ma voix. A présent toutes mes inquiétudes sont tout à fait parties et
nous sommes vraiment excités que le spectacle obtenu soit plus paufiné vous savez.
Et évidemment c'est une passion que de voir ce public , vous savez,
les gens sont incroyablement chauds vraiment, partout où nous allons.
Cette fois plus qu'avant j'ai joué, et quelque chose que je n'ai pas apprécié vraiment quand j'étais plus jeune.
Et peut-être que ça me fait une différence que le public soit plus large dans la tranche d'âge,
parce qu'en fait j'ai été choqué combien de jeunes il y avait en fait, qui visiblement ont fait la razzia de la collection de disques de leurs parents .
Et je devine qu'ils entendent les vieux succès à la radio.
Donc il y a vraiment une large tranche d'âge, qui est assez suprennant.
L'autre chose est justement de regarder les gens qui passent un bon moment.
Avec le monde que nous vivons aujourd'hui, je vois que j'obtiens cette réaction
incroyable chaque soir quand je sors de la scène, et les gens partent ayant vraiment passé une bonne nuit.
Et vous comprenez que d'une manière ou d'une autre comme vous vieillissez combien est-ce un privilège de pouvoir le faire;
Etre capable de changer pour beaucoup de gens qui passent une super soirée.
Je ne pense pas que j'ai apprécié quand j'étais plus jeune, donc cette fois j'apprécie vraiment.
Mais en dehors de ce que je pense je me suis juste rendu compte que je dois avoir été un homme très solitaire.
C'est tout ce que je peux penser parce que ça ne m'a pas effrayé ou difficile du tout.
C' était en fait une sorte d'inquiétude libre d' expérience.
Kenny et moi avons eu beaucoup d'amusements et Kenny a été faire quelque chose de grand vu que je n'entrerai pas maintenant.
Fondamentalement Kenny a été occupé avec le travail de charité comme je faisais ma tournée en Europe,
et les choses entières ont été vraiment agréables, donc sans aucun doute je le referai
de nouveau bientôt.


Mark:
Pour vos fans ça va être une joie de vous entendre. Et la conversation au sujet du Faith Tour que nous avions eu précédemment,
il m'a semblé pendant ce temps que vous disiez vouloir quelque chose,
vous avez aspiré à un certain genre de vie et de carrière,
et quand vous avez obtenu ce que vous aviez découvert, vous ne le vouliez pas vraiment .

George:
Absolument. Je pense qu'à cet âge, j'avais en fait seulement 25 ans quand j'ai fait le Faith Tour ,
il y avait une telle sensation de vide véritable au niveau de la renommée que j'avais atteinte,
que je ne pouvais pas voir ainsi les bonnes choses.
Je ne pouvais pas vraiment les performances de l' expérience parce que j'étais trop demandé et occupé à ce qui allait me rendre heureux,
si cette chance incroyable n'allait pas me rendre heureux. J'étais trop demandé pour m'occuper de ça.
Et j'estime que la solitude s'est vraiment intensifiée si vous êtes admiré par les milliers de gens chaque nuit très bruyamment,
et puis de retour à votre chambre d'hôtel seul. J'estime vraiment que c'était la solitude de l'expérience , quand je regarde en arrière,
j'ai confondu le chagrin authentique avec la tournée.


Mark:
A quel endroit avez-vous décidé de ce que vous alliez faire ? Quel était l'endroit de détente ?
Parce que vous avez parlé à ce sujet de ce que vous alliez faire jusqu'à maintenant, pratiquement ,
comme de l'énergie des concerts à préparer ?


George:
C'était à un moment. Je me rappelle le moment où j'ai pensé, vous savez quoi, faire contre mauvaise fortune bon coeur .
Je me souviens n' étant inspiré par n'importe quoi en particulier.
Etant assis ici en fait sur ma petite balle sautillante que j' utilise pour garder mon dos ajusté,
et ayant cette compréhension de la crainte des regrets. Le fait est que j'ai toujours planifié pour l'avenir d'une étrange façon
comme ne pas vouloir vivre le moment, est parce que je suis toujours terrifié de regret.
Et il m'est arrivé que j'allais regretter de ne pas jouer du tout avant un certain âge .
Et je ne me rappelle pas pourquoi cette sorte ' d'épiphanie ' m'est venu en fait, mais aussitôt que c'est arrivé ça m'a semblé très clair
que je devais faire le projet , le prendre de nouveau . Je n'étais pas sûr à ce point que je voulais le faire à ce niveau,
mais maintenant je ne peux pas penser à n'importe quoi qui m'arrêtera à présent à faire de la scène.
Donc c'était vraiment une révélation .


Mark:
Parce que c'était une crainte n'est-ce pas ?

George:
Oh ouais absolument. La crainte absolue, comme une phobie, ouais.
Je pourrais le faire , avec petites doses, devant le public de charité qui n'était même pas nécessairement là pour moi.
Mais c'était en fait une phobie et maintenant il semble que c'est la chose la plus facile au monde.
Merci Dieu, parce que tous ces gens ont payé de leur argent, et si j'étais pitoyable que je le pense il l'aurait montré.
Ou j'aurais développé quelque laryngite ou quelque chose de terrible et terminé mystérieusement la tournée.
Mais non ça n'a pas été comme cela, c' était absolument fantastique.

Mark:
Avez-vous dû travailler par vous-même, ou vous avez eu l'aide professionnelle, pour ce voyage que vous décrivez ?

George:
C'est beaucoup un voyage interne, en dehors étant obligé de faire de l'exercice, qui n'est pas très interne et pas très naturel pour moi
. Donc physiquement j'avais des gens pour m'aider à le préparer , mais finalement, j'ai eu une bonne année et une moitié pour m'armer.
J'ai su que j'étais vraiment dans un bon cadre d'esprit. Vous savez pour être parfaitement honnête,
avoir un excés de publicité, cette année m'a ennuyé ? Qu'est-ce qui m'a ennuyé d'avoir des gens à l'extérieur de ma maison.
Mais à part ça , j'étais calme pour mon voyage, me tenant prêt pour ça , et c'était heureusement une très bonne distraction.
J'avais quelque chose de positif à faire pendant que tous ces déchets arrivaient .
Je l'ai fait vraiment que pour moi. .
Ca été vraiment hué à mon sujet durant les derniers 18 mois.


Mark:
Avant le premier concert européen, quand vous vous teniez au côté de la scène , vous pouvez vous rappeler comment vous vous êtes senti ?

George:
Je dois vraiment ressentir de la foutaise , mais ça ne c'est pas senti comme cela.
Quand j'étais prêt à aller sur scène, quelque chose d'autre m'a repris.
Ce n'est pas vraiment la crainte , c'était un autre cadre d'esprit.
La crainte était tout en prévision de ce que je pensais , les mois d'avant.
Jusqu'à la moitié du temps pendant les répétitions j'étais véritablement, véritablement effrayé.
Une fois je me suis rendu compte que ma voix allait être grande, ou il a semblé la même façon qu'avant, alors à ce moment j'ai commencé à relâcher.
Et après 3 ou 4 spectacles, c'était juste une brise.


Mark
Nous savons ceci parce que nous avons parlé aux fans britanniques qui sont allés par centaines, sinon pas milliers aux concerts européens.
Les choses qu'ils disent sont vraiment interressantes.
Certains d'entres eux ont pensé qu'ils ne vous verraient jamais, vous faites un spectacle live dans un moment de leur vie.

George:
Ca ajoute beaucoup à l'atmosphère du spectacle. C' est un courant de fond authentique pour les vrais fans , je pense.
Je leur ai dit que je ne le ferai jamais , et ne pas retenir leur souffle, et s'il vous plait ne pas être déçu , et j'ai changé d'avis



Mark:
Waiting for That Day de Listen Without Prejudice .
Justement un générique du titre de la chanson pour les fans fidèles, qui ont attendu pendant une décennie de le voir en tournée,
et qui sont soulagés qu'il ait changé d'avis.
2006, et pour la première fois depuis longtemps , George semble être en forme , heureux, et plus clame.
Il s'est remis de la dépression et du groupe d'écrivains qui l'ont tourmenté dans le passé,
et mettre aussi certaines de ses terribles angoisses derrière lui.


George:
C'est juste un moment différent de ma vie. Je suppose que beaucoup de nous ont mûrit , et vous ne pouvez pas stresser autant qu'étant
dans ' l'oeil d'une tempête ' à 24 et 25 ans . J'étais une personne très sereine. Je suis toujours perfectionniste,
mais les gens qui ont été en tournée avec moi vous diront qu'ils étaient avec une personne différente.
Certaines nuits nous avons eu des problèmes terribles, les écrans sont descendus .
Autrefois quelqu'un aurait aussi été enguirlandé pour ça , mais à présent j'en rigole tout simplement.
Et ça été comme ça pour la partie principale du spectacle. Les choses ne vont pas , mais alors .
Tout le monde a toujours eu un bon moment.
Et ce n'est pas la façon dont je peux le fuir maintenant. Tandis que je marchais et chaque chose que je n'aimerai pas de mon interprétation
ruinerait juste ma journée. Jusqu'à ce que la prochaine fois j'ai une chance pour le faire, et le faire mieux.
C'est la manière d'être que j'ai utilisé .


Mark:
C'est interressant l'image insouciante que vous aviez dans Wham ! Des jours, mais évidemment ça ne l'était pas .


George:
Je ne parle pas de Wham en réalité . C'était vers la fin de Wham que j'ai commencé à me sentir vraiment solitaire,
donc c'est quand tout a commencé à être une chose différente.
J'étais toujours perfectionniste, mais c'est plus facile d'être perfectionniste quand vous avez quelqu'un pour rire avec.
Je dirais quand nous tournions avec Wham que c'était des moments assez bons.
Andrew et moi faisions les affaires normales que vous prévoiriez, donc c'était des temps assez bons.
C'était plus la tournée du Faith Tour, la tournée solo qui n' était pas en fait une bonne chose pour moi.


Mark:
Il y a une rumeur que Andrew vous rejoindrai sur une des dates de la tournée au Royaume-Uni .

George:
Vous savez, je ne lui ai toujours pas demandé. Je suis trop nerveux pour le lui demander.
Je ne sais pas s'il voudra le faire, mais j'aimerais le faire. J'aimerais le faire. Mais il n'y a absolument rien de planifié.

Mark:
Il dira oui.


George:
Oh je ne sais pas s'il dira oui.Ca dépend, si il aime l'idée, alors il dira oui. Si non , il ne le fera pas.

Mark:
Il était très bien a-t-il dit , ayant une vie calme.

George:
Oh oui, exactement. Il ne pourrait ne pas vouloir juste pour attirer l'attention à présent, vous savez.
Donc nous verrons. J' aimerais bien ..

Mark:
Tandis que Andrew peut être heureux d'éviter d'être sous les projecteurs, George n'attendait pas ce choix.
Et en terme d'attention, il n'est jamais à court de ça. Nous en entendrons plus à ce sujet plus tard.
Pour célébrer 25 années dans le business c'est une réussite remarquable, et dans les séries de documentaire de radio 2
il y a deux ou trois années de ça,
je lui ai parlé longuement des gens qui ont influencé sa carrière, ses héros musicaux.
Il a idolâtré Elton John et a apprécié le sens du spectacle de Freddie Mercury . Maintenant, c'est un vétéran des affaires .


George:
Ouais, c'est stupéfiant. Je pense que j'ai eu l'idée que les choses dureraient probablement environ 2 – 3 années sans lui,
mais je n'aurais jamais rêvé de quelque chose comme ceci en tant qu'enfant.
J'ai vu aussi loin que le Top of the Pops , et n'ai pas vu en fait au delà .
J'ai pensé pour devenir une star et n'ai jamais pensé à la possibilité d'être dans cette position pendant 25 ans.
Parce qu'en 1980 si peu de gens étaient dans cette position., tandis qu'il y en a peu d'entre nous maintenant.
Juste les chiffres, juste pouvoir arrondir à un quart d'un siècle, c'est comme un accomplissement pour moi.
Et en avoir envie je pense comme ma vraie carrière commerciale.
Parce que je veux sans aucun doute que les choses aillent dans une autre direction après ça.
Je veux explorer des choses différemment.
Donc c'est absolument cette tournée et le nombre d'années, que je peux m'attendre à de la musique Pop , c'est optimal.

Mark:
Quand vous dites que vous ferez quelque chose de différent, vous vous référez à la conversation d'il y a six mois
où vous disiez de cette musique Pop , comme nous l'avons su, est à une fin ?


George:
Ce n'est pas la musique, comme beaucoup à la façon de réagir réciproquement avec les affaires.
Je ne veux pas réagir plus réciproquement avec les affaires .
Je veux pouvoir mettre des choses sur mon site web comme et quand ça arrive, comme apposé à une structure
ou il y aura un single et un album.
Dans ce cas voilà la promotion. Je ne veux pas faire n'importe quoi . Je crois véritablement que l'industrie, si elle est morte ou pas,
est pas beaucoup plus de plaisir non plus.
Dans les termes de si vous êtes un écrivain Pop qui veut écrire quelque chose autrement que gagner de l'argent,
ce n'est pas beaucoup plus amusant , être dans cette partie de l'industrie.
Ainsi j'aimerais me détacher de ça et essayer et penser à l'écriture à un autre endroit.
L'autre chose est, vous ne pouvez pas aider mais pouvez perdre votre agitation pour les mêmes résultats .
Cette tournée est excitante parce que je ne l'ai pas expérimenté depuis 15 ou 18 ans . Une fois que vous commencez à lutter,
parfaitement avec de la bonne musique , obtenir de la mauvaise musique passée qui vient de la génération au dessous de vous ;
une fois que vous sortez des albums qui sont vraiment de votre critère normale, ils ne peuvent pas obtenir Paris Hilton par exemple,
puis vous savez, vous pouvez dire sans accident que la culture se déplace et vous n'exécutez pas vraiment plus un service vital.
Donc je pense que dans ces circonstances, je peux devenir seulement de moins en moins inspiré.
Je ressens un grand besoin de me débrancher des affaires, parce qu'il y a seulement beaucoup de cynisme que peut prendre votre qualité artistique.
Ainsi j'ai essayé et travaillé dans un terrain qui ne sera pas comme cela constamment.


Mark:
Et ça, comme vous l'avez exprimé, semble vraiment raisonnable. En même temps, ce que vous avez dit de la tournée,
pour les fans et pour vous, n'est pas nécessairement pour les hommes de SONYBMG.
Sur le plan de l'écriture alors, vous toujours avez été absolument exigeant en prenant votre temps par-dessus-tout .
Signifie-t-il d'attendre quelque temps avant que nous entendions une nouvelle chanson ?


George:
Et bien, je ne sais pas vraiment. Je sais que je pourrais essayer et pourrais faire une autre forme d'écriture, mais j'ai vraiment à voir ce qui va se produire.
Parce que bien que j'ai disparu de la vue pendant de longues périodes , en arrière-plan , c'est toujours avoir été en travaillant à un projet commercial.
Et j'ai vraiment besoin de voir ce qui arrive quand j'arrête justement de faire cela, et pour bien dire ,
je pendrai juste environ quelques mois et décider de ce que je ferai, et peut-être faire un morceau de ceci, et peut-être faire un morceau de cela.
Je verrai ce qui arrive , parce que je sais absolument qu'à 43 ans il n'y a pas de raison pour renoncer du tout à ma création,
et il n'y a pas de raison pour penser que je ne dois pas continuer à progresser.
Mais il n'y a aucune raison de penser que je reste dans l'industrie Pop .
Je ne sais pas si ça sera pour longtemps, et il se pourrait que je continue un morceau d'écriture, tant que je ne fasse d'autre.
Je ne le mettrai pas sur le marché de quelque façon.
Le fait que je sois un homme gay , et le fait que politiquement, je ne suis pas craintif pour risquer ma carrière en parlant de ce que je ressens,
ça me fait me tenir comme ' un pouce douloureux ' .
N'importe quel homme de police dans le monde vous dirait que le monde serait un endroit beaucoup plus sûr si nous arrêtions nos bières et de prendre un joint.
C'est mon problème en fait. Je pense que vous ne pouvez pas être sélectif avec la vérité et l'honnêteté
si je fais toujours un peu plus que ma génération ne fait et m'attirer des ennuis.


Mark:
Malgré le succès énorme du sell-out de la tournée , c'est la vie de George hors de la musique qui fait les gros titres,
avec les tabloids se fixant sur sa vie sexuelle et la qualité de sa conduite. Il traite ouvertement avec les situations ,
et avec une honnêteté inébranlable. Il est aussi bien sûr, pas craintif de débat politique.
Il était un des premiers musiciens à condamner ouvertement l'idée de la guerre en Iraq avec «Shoot the Dog ».
Dans un sens c'est facile d'essayer de frapper George, même s'il reconnaît qu'il pourrait en dire un peu moins,
mais ce n'est pas reposant d'entendre qu'il répondra honnêtement à une question avec vue et opinion
et pas d' inquiétude sur les implications du PR .


George:
Ouais c'est mon problème.Cela crée en soi plus de PR ces jours parce que chacun pendant les 20 ans passés
a donné des réponses tout prêtes pour scotcher des questions.
Parce que c'est ce combat entre la gauche et la droite, le passé et l'avenir, et quelques personnes essaient de
donner un coup de pied à la porte du libéralisme .
Certaines des idées avec lesquelles j'ai grandi étaient complètement ordinaires , et si vous étiez une personne intelligente ça ne devrait
pas être une question qui soit de nouveau posée.
.Le fait que je sois un homme gay, et le fait que politiquement, je ne sois pas craintif pour risquer ma carrière en parlant
de ce que je ressens, ça me fait ( bien que cela ait été assez banal il y a 20-25 ans) ressortir comme ' un pouce douloureux ' .

Mark:
Il y a très peu de personnes dans votre domaine, qui se lèveront activement et diront ce qu'ils croivent

George:
Je ne cherche pas de controverse. Si les gens regardent en réalité le maximum de temps dont j'ai parlé de ma sexualité,
ils ont été assez choqués, de devoir la défendre.
Je sens une grande responsabilité qui n'est pas négative aux personnes gays, les jeunes gens gays surtout,
donc j'essaie de ne pas être absolument désolé et authentique au sujet de mes réponses.
Ca été vraiment vu comme un mouvement contraire dans le monde aujourd'hui. Vous ne jouez pas le jeu, vous ébranlez le statu quo où
la sorte de courant ordinaire est sans importance.

Mark:
Sauf je ne suis pas si sûr que vous ayiez quelque chose à défendre. Vos fans quelque qu'ils soient vous aiment et l'acceptent.


George:
Comprendre qu'à mon avis beaucoup de jeunes gens gays ne sont pas nécessairement des fans de George Michael.
Et j'éprouve une responsabilité envers eux parce que les journaux se sont permis,
d'une certaine façon ce qui n'était pas la radio et la télévision ,
de faire semblant en 1965 pour les dernières 40 années.
Ce que je veux dire c'est un language terrible qui est utilisé au sujet de la vie gay, et je suis le portail de ça.
Et je ressens beaucoup justement par mon honnêteté, il semble que j'apporte des questions principales .
Peut-être parce que je ne suis pas assez un hurlement de folle , ça ne peux être un problème.
Le fait que les femmes aient été attirées vers moi, et le fait que quelques femmes soient toujours attirées vers moi,
sans tenir compte du fait qu'elles savent que je suis gay, que tout semble brimer de rouge pour pousser la presse.
Je ressens beaucoup que j'ai à défendre ces positions, ou au moins, les absurdités des positions que la droite prend,
parce qu'autrement ces gosses, ces gosses qui sont littéralement en début d'adolescence , absorbent toute cette chose,
et ne pas entendre un avis adverse . Dieu sait, personne ne se braque à moi, hormis moi.
Je suis juste déçu en général, je suis véritablement du genre à décider que politiquement je suis la mauvaise personne pour le travail
en terme d'essayer de tenter d'aider quelqu'un , parce que les journalistes aiment me détester.
Ainsi je pense que ma nature de volonté politique demeure dans les limites de mon travail, parce que si vous croyez en secourir les gens ,
vous avez à être le bon messager. Je suis en dehors d'une célébrité normale à présent , donc je ne sais pas nécessairement
que je sois bon pour répandre la parole, même si la parole est vraiment simple et quelque chose que vous pensez
est parfaitement bien moralement .


Mark:
La chose que je trouve remarquable est que vous avez du courage à la prendre, bien que même ces problèmes,
soit il y a la politique ou politique sexuelle, ne vous donne pas nécessairement quelconque confort comment ils jouent dans le monde.
Mais vous éprouvez clairement que vous avez à la prendre,
puisque pertinent en ne s'engageant pas.


George:
C'est presque pareil comment je suis de ma relation avec la presse comme je le suis avec ma musique.
Quand vous regardez en arrière sur ma carrière, je ne veux pas être musicalement ou sur le plan de l'éthique, être un tour cahoteux .
Je veux être logique. Je veux pouvoir dire que j'avais pris position comme un individu et comme un homme gay,
et comme un musicien. Dire la façon de tout ce que j'ai fait contre Sony , je veux que ces choses soient constamment rappelées.
C' est mon problème effectivement . Je pense que vous ne pouvez pas être sélectif avec la vérité et l'honnêteté,
donc je favorise toujours plus que ma génération ne fait et m'obtient dans l'embarras .
Mais c'est ainsi qu'est mon propre dysfonctionnement, s'il y a une façon difficile pour le faire, le faire d'une façon difficile .
C'est moi également.

Mark:
Mais pas de regrets.

George:
Oh Dieu non. Je peux vivre avec mes propres erreurs, je peux vivre avec ce que je me suis procuré.
Je ne peux pas vivre avec les choses qui ont été amenées sur moi sans aucune bonne raison, par les autres.

Mark:
L'autre chose que j'ai à vous demander est le fantastique ' hoohah ' quand vous avez fumé un spliff au Southbank show ,
et je dois dire justement pour ceux qui écoutent, nous en avons parlé pendant une heure, vous n'avez pas eu un spliff.
En fait la dernière fois que nous avons parlé, il y a 2 ou 3 ans, vous pourriez en avoir eu deux ou trois dans un spectacle.
Mais que pensez-vous qu'en pensent les gens, seront-ils choqués ?


George:
Je n'ai pas d'idée. Laissons être honnête, je ne pense pas que n'importe qui de moins de 55 ans saississe pourquoi c'est un commerce.
C'était une affaire dans les années 70. Dans les années 60 ça se produisait et c'était un commerce.
Quelque chose qui est équivalent à l'alcool de mes générations .
Ce que j'ai à dire est aussi simple que ça.
Malheureusement les drogues de classe A sont chaque morceau commun.
Mais une drogue de classe C ce que je pense vraiment, n'importe quel policier dans le monde vous dirait que le monde
serait un endroit beaucoup plus sûr si nous posons tous nos bières et prenons un joint


Mark:
Vous comprenez le problème de la Santé mental ?

George:
Oh ouais absolument. Mais j'ai dit aussi que les gens ne doivent pas le faire quand ils sont jeunes.

Mark:
Ce n'est pas sans risque..

George:
Non. Je l'ai dit sur le spectacle. Ce qui est stupide de tout cet affairement, c'est que je suis tout à fait sûr que les gens qui
se plaignent n'avaient pas vu ce que j'avais dit.
Parce que ce que j'avais dit en fait ce n'était pas une très bonne idée.
J'étais dans une position privilégiée. C'est le genre destructif dans la vie si vous avez des choses que vous devez tenir,
au delà d'une certaine quantité.
Vous savez que je suis l'homme très heureux. Je suis très positif je n'ai pas de responsabilité que beaucoup de gens ont.
Et je n'ai pas les responsabilités financières donc je peux être un peu abusif dans ce sens.
Mais je ne bois pas. Je bois quand je vais à un repas. Je ne bois pas, et pour cette raison,
je pense que je suis plus aisé dans une soirée que beaucoup de gens dans ce pays.
Parce que la drogue la plus disponible dans notre société est abusée, sur ce qu'est penser d'un niveau normal.
De nouveau , c'est cette discussion à laquelle je pense que je dois avoir par des hommes plus vieux dans les pubs ou autre ,
parce que je ne peux pas penser à n'importe qui d'autre qui pense que c'est choquant.
Tout ce qui choque est l'honnêteté. Et le fait que cette honnêteté choque en 2006 est le problème.
C'est un choc en lui-même. Et c'est le problème, cela avec de telles choses massivement épouvantables qui continuent,
nous pouvons nous garder occupé des risques de fumer un joint quand nous savons déjà que c'est moins dangereux et
moins destructeur que beaucoup de drogues de loisir le plus généralement utilisées , qui est de l'alcool.

Mark:
Ses vues intransigeantes comme le signifie George seront toujours le fourrage facile pour les tabloïdes
Mais laissons le retour à la raison les supporters sont toujours ici, la musique.
Et célébrer 25 années dans les affaires, il y a un triple CD greatest hits album .
C'es parfois facile d' oublier la gamme et la diversité des chansons de George Michael , des airs optimistes comme Fast Love ,Faith
et Outside et des ballades émotives comme Jesus to a Child , A Different Corner, Careless Whisper et Heal the Pain .
Cette chanson est l'hommage de George à Paul McCartney et des Beatles.
La dernière fois que nous en avions parlé, il s'était approché de Paul pour chanter sur une nouvelle version
Et cette version est sur le nouvel album 25.


Mark:
Révélant le retour du catalogue de George, il n'y a pas de question de son statut comme un chanteur ou comme une star ,
mais est-il sous-estimé comme un écrivain de chanson ?
Quand les critiques ont loué des artistes comme McCartney, Bowie, ou Elton John
comme des auteurs-compositeurs Britanniques légendaires, vous n'entendez pas le nom de George Michael dans la même phrase.


George:
Et bien c'est toujours les générations, n'est-ce pas. Vous obtenez toujours un petit plus de crédit de votre génération
quand vous devenez plus vieux.
Je ne pense pas qu'il y ait de doute que ma génération, comme le temps passe , de penser réellement de la même façon.
Ils ne me verront pas partout. Je veux dire Elton est le genre à ne jamais être présent, n'est-ce pas, et je suppose que je ne le serai pas .


Mark:
Donc aucun show pour vous à Vegas alors ?

George:
Et bien je ne sais pas à ce sujet .Mais définitivement pas de résidence .
Je suis tout à fait sûr que Vegas a quelques lieus agréables à présent, mais je ne jouerai pas régulièrement là-bas.


Mark:
Parlons de quelques-unes des chansons sur l'album que vous avez réuni
C'est fascinant de voir ces chansons dans l'ordre qu'elles apparaissent sur le triple CD.
Etait-ce un puzzle ?

George:
C'était un peu de ça. J'ai essayé de ne pas trop le faire .Finalement j'ai pensé que ça devrait être relativement chronologique
Le troisième album devrait être les autres choses que je désire.
Parce que les albums des plus grands succès sont traditionnellement votre album qui se vend le plus.
J'aurai eu deux albums des plus grands succès pour couvrir ma carrière et ce dont j'ai vraiment voulu,
était d'écarter tous les nouveaux singles,
ça allait être une collection adéquat des 25 ans, j'ai voulu les autres choses, la plus grande quantité pour vouloir se souvenir sur le troisième CD.
Le troisième CD exploite quasiment comme un album en soi, parce que ce n'est pas réglementé,
ou ce n'est pas pondéré quel que soit.
Et le troisième album est en fait mon préféré des trois, parce qu'il y a toutes ces choses que j'aime vraiment,
et je sais que beaucoup de gens n'ont pas entendu. Elles ne sont pas rares, mais la majorité, le courant principal ne les a pas entendue.

Mark:
Pas de couvertures ?

George:
Deux d'entre elles sont des couvertures mais la plupart d'entre elles sont mes choses,
Il y a des anciennes côtés B ou des choses dont les gens n'auraient pas entendu de ' Patience ' ou de ' Songs From the Last Century '
Le genre de personnes qui n'a pas acheté d'album de George Michel depuis le dernier Greatest Hits album
s'ils allaient acheter celui-ci maintenant, 10 ans plus tard, donc je voudrais
pour eux être capable d'entendre ces titres, parce qu'il y a des choses je pense qui ont été manquées.
Donc j'ai écouté le troisième.

Mark:
Y compris la couverture de Roxanne

George:
Ouais, je suis vraiment fier de ça en fait.

Mark:
Je me la rappelle beaucoup jouée à la radio à l'époque.

George:
Pour à peu prés une semaine. Parce qu'elle n'avait pas été sorti comme un single.
Une fois que la radio savait qu'elle n'allait pas être sorti comme un single, je pense qu'ils ont décidé de ne pas la jouer.
Parce que je n'ai pas voulu beaucoup d'exposition de courant principal pour cet album.
Elle n'allait jamais être “Swing When You’re Winning” parce qu'elle n'allait jamais être promue dans ce sens.
Cela ressemble à une performance vocale dont je suis réellement fier.
Il y a quelques unes de celles qui sont là littéralement parce que les performances vocales sont probablement les meilleures de ma carrière.
Ces 40 pistes, et je suis assez impressionné avec ma propre carrière en fait, de regarder la combinaison de ces pistes.


Mark:
La chanson avec Mutya sur le disque. C'est une de vos chansons les plus fortes.

George:
Vous pensez ?

Mark:
Je pense ouais. Et je pense aussi que cela semble merveilleux à la radio. C'est un très, très bon disque de radio.

George:
Je ne pense pas que la radio la diffuse beaucoup

Mark:
Radio 2.

George:
Ouais je sais Radio 2 , absolument. Ca a été fantastique.
Je ne sais même pas si ça déplait maintenant que le meilleur de mon travail va passer inaperçu parce que c'est la voie des affaires.
Pendant une assez longue période, les ventes réelles et la position des charts étaient éloignées et moins importantes pour moi
que le fait que je peux regarder derrière moi dans un an et dire, non c'est aussi bon que je ne l'aurai pensé.

Mark:
Comment avez-vous fini par faire cette collaboration ?.


George:
J'aimais toujours sa voix sur le premier album. J'ai acheté le premier album des Sugarbabes
et j'ai discuté avec elle en fait quand nous étions dans le studio d'enregistrement, que c'était mon préféré, leur premier album .
Et elle a dit la même chose .
Et je pensais toujours qu'elle avait une merveilleuse voix. C'était il y a 5 ou 6 ans à présent,
et ça semblait le moment parfait, avec son départ du groupe.
Bien que je me sois vraiment approché d'elle il y a environ 2 ans pour faire quelque chose pour Patience et l'ai reporté ensuite.
J'étais dans le studio d'enregistrement quand j'ai entendu dire qu'elle avait quitté le groupe.
J'ai pensé quel moment parfait .
Elle est probablement partie dans des circonstances où j'aurais été de son côté, placer ce parcours.
Je pense qu'elle est très décidée et c'est très difficile pour quelqu'un dans l'industrie Pop maintenant, laisser seule une fille de 21ans


Mark:
Après le succès de cette tournée, que ressentez-vous pour une tournée en Amérique du nord ?

George:
Je suis craintif à l'idée de ne pas pouvoir rentrer à la maison.
Mais Kenny et moi avons une nouvelle maison à Dallas, donc si nous pouvons l'utiliser comme une base,
alors beaucoup de la tournée américaine sera plus facile je pense.
Mais je dois encore vraiment voir . Je l'avais quittée, mais maintenant en fait je suis parfaitement préparé à aller de
l'avant avec les dates américaines.
Nous résolvons justement vraiment les projets pour quel genre de spectacles, quelle taille de spectacles.
Mais je pense ce qui est plus certain que ça sera probablement des stades en Europe pour l'été.
Et ça sera de nouveau une chose intégrale différente . Une expérience entière de nouveau.


Mark:
Une tournée pour l'été en Amérique du nord est une date possible .
.George Michel aime de nouveau clairement voyager. Laissons le lui donner le dernier mot.

George:
Souhaites-je le faire il y des années ? Oui mais je n'étais pas capable pendant beaucoup d'années.
Ma vie était un cauchemar complet, donc je n'étais pas capable.
Bien que ma vie semble avoir été un cauchemar complet cette année, l'a t-elle été réellement ? .
Donc c' était vraiment un merveilleux retour à des meilleurs aspects de ma vie ,
avant que certaines personnes que j'ai perdu n'aient quitté ma vie .
Et vraiment un sentiment que je me suis vraiment remis des années quatre-vingt-dix,
quelque chose que j'ai pensé qui ne se ne ferait jamais, ce qui est d'être autant que le public, et faire un voyage autour du monde.
C'est quelque chose j'ai pensé que je ne referai jamais , et je me sens si privilégié d'être arrivé à ce point
et être capable de prendre ce genre de décision.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : GEORGE MICHAEL ' SONGS
  •                                                          GEORGE MICHAEL ' SONGS
  • : CHANSONS DE GEORGE MICHAEL- ALBUMS-TRADUCTIONS - CONCERTS - INTERVIEWS
  • Contact

  
  gmichael.jpg

george06.JPG

George Michael

 

 

   George+Michael+George+Michael+Announces+Return+iEdlCmUM5Vql

georgemichael_ahoy-2s.jpg

Georgios Kyriákos Panayótou